Menu by blog

et le quotidien devient un jeu

Végétarien, végétalien, végan

| 0 Commentaires

Végétarien, végétalien, végan

 

Un rapide récap avant d’entrer dans les détails…

  • Le végétarisme exclu toute chaire animale soit la viande, le poisson, les crustacés, les mollusques, la gélatine
  • Le végétalisme exclu toute chaire animale soit la viande, le poisson, les crustacés, les mollusques, ainsi que tous les sous-produits animaux soit les œufs, les produits laitiers, le miel, la gélatine
  • Le véganisme exclu toute chaire animale, tout produit issu d’animaux ainsi que tout produit testés sur les animaux (qu’ils soient alimentaires, hygiéniques, vestimentaires….)

Quelles sont les avantages ?

Une alimentation sans produits animaux ou issus d’animaux contient moins de toxines, de cholestérol et de graisses qui, en excès, provoque des maladies cardiovasculaires. On note aussi une richesse en fibres, vitamines et minéraux provenant d’une grande diversité des aliments consommés. Enfin, il y’a un certain souci pour l’environnement et la traite des animaux qui est atténué.

Quelles sont les conséquences nutritionnelles ?

Le mot d’ordre est carence ! C’est-à-dire un « manque de »… . Ces modes de vie sont à risque de carence en :

  • Protéines: car l’association féculents/légumineuses (cf substituts aux viandes) n’est pas toujours respectée
  • Calcium: particulièrement pour les végétaliens et les végans qui excluent les produits laitiers. Une supplémentation est donc nécessaire
  • Fer : le fer végétal est moins bien absorbé que le fer animal (retrouvé dans les viandes, abats et boudin noir) mais est très présent dans les légumes secs. Il est donc intéressant d’en consommer régulièrement
  • Vitamine B12: elle est indispensable à la croissance, à la synthèse des globules rouges et aide le cerveau à se nourrir. On la retrouve dans le foie, le rognon, l’huître, les anchois et bien d’autres produits animaux

Les individus ayant adopté un de ces modes d’alimentation, ont tendance à substituer de nombreux produits par du soja. Or, il est fortement déconseillé d’en consommer si l’on est un enfant de moins de 3 ans, une femme enceinte ou une femme allaitante. En effet, le soja contient des molécules qui ont la capacité de déréguler le système hormonal, ce qui peut s’avérer dangereux.

Comment éviter ces carences ?

  • En faisant la complémentation pour les protéines : associer féculent et légumineuses ou soja ou encore graines oléagineuses (noix, amandes…) et légumineuses. Il suffit de le faire à un repas par jour pour remplacer la viande
  • Choisir les bonnes sources de fer végétales : tous les légumes secs, les algues (ao nori, wakamé, spiruline…), son de riz, son de blé. Voici une liste officielle de tous les ingrédients les plus riches en fer (attention ce n’est pas une liste pour végétariens, végétaliens ni végans)
  • Supplémenter en calcium et en vitamine B12

Laisser un commentaire

Champs Requis *.