Menu by blog

et le quotidien devient un jeu

23 juillet 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Épices, aromates, condiments…quelles différences ?

Épices, aromates, condiments…quelles différences ?

Que nous seraient le curry de veau sans son curry, et le pain d’épice sans sa cannelle ou bien encore le mojito sans sa menthe ? Pas grand-chose en effet…Les épices et aromates sont très précieux puisqu’ils parfument nos repas.

Epices, aromates, condiments : quelles différences ?

  • Les épices sont des produits de substances végétales qui jouent sur la saveur du plat. Ce sont le curry, la cannelle, la muscade….
  • Les aromates sont les substances végétales qui jouent sur le goût et l’odeur du plat. Ce sont le thym, l’estragon, la menthe, le basilic….
  • Les condiments sont des préparations d’origine animale ou végétale qui relève le goût de la
    préparation. Ce sont les cornichons, les câpres, la moutarde….

Et plus précisément…

Voici une affiche détaillant les bienfaits et la composition de ces 3 éléments. Vous pouvez la retrouver en PDF en cliquant ici.

19 juillet 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Il était une fois les enfants et les légumes

Il était une fois les enfants et les légumes

C’est bien connu les enfants et les légumes ne vivent pas toujours en très grande harmonie.

Pourquoi ils n’aiment pas ?

Ce sont des aliments amers et acides qui sont des caractéristiques assez déplaisantes. Surtout que le nourrisson s’est habitué au goût sucré, dès les premiers jours de sa vie, avec le lait maternel. Donc l’introduction du salé dans son alimentation peut s’avérer infructueuse.  

 

Quelle est donc la bonne solution pour leur faire manger des légumes ?

  • Préparer des plats avec des légumes “cachés” mais pas dès le plus jeune âge pour ne pas les habituer à ne pas voir les légumes dans leur assiette
  • Les impliquer dans la confection des repas, cuisiner avec eux les légumes qu’ils apprécient le plus: on prend davantage de plaisir à goûter les plats que l’on a soigneusement préparés
  • Utiliser des épices pour avoir de jolies couleurs dans l’assiette et atténuer la couleur verte souvent la plus repoussée par les enfants
  • Les laisser manger certains plats avec les doigts (bâtonnets de crudité, frites de légumes…)
  • Associer les légumes avec d’autres ingrédients qu’ils affectionnent particulièrement (fromage râpé, panures…)
  • Présenter le plat sous forme de dessin ludique: en forme de bonhomme, de soleil, de maison….
  • L’emmener faire les courses pour qu’il découvre par lui même de nouveaux aliments, pour qu’il apprécie les rayons tout en couleur
  • Faire des compromis: solution la plus couramment utilisée mais cela renforcera probablement son dégoût pour certains légumes
  • Se rassurer et se dire que les goûts changent au fil des années…

 

Des idées de recettes pour faire aimer les légumes aux enfants ?

 

Jours

Déjeuner

Dîner

Lundi

Frites de légumes et de pommes de terre

Steak haché

Soupe froide de courgette et vache qui rit

Tartine de pain complet et crème d’avocat

Mardi

Boulettes de légumes

blanc de poulet au curry

Brochettes de tomates mozzarella

Croustillants de légumes aux knacki

Mercredi

Lasagnes aux légumes

Oeuf à la coque

Cake au légumes

Mâche et vinaigrette

Jeudi

Croque monsieur aux légumes et jambon blanc Quiche sans pâte aux asperges vertes

Bâtonnets de légumes crus à tremper dans sauce au fromage blanc

Vendredi

Tagliatelles de légumes

Pavé de saumon à l’aneth

Purée de pomme de terre

Pizza aux légumes

Salade concombre féta

Samedi

Hamburger de légumes Gazpacho

Soufflé au brocolis

Dimanche

Courgettes farcies au couscous

Gâteau chocolat à la courgette

Bricks de légumes à manger avec les doigts

 

16 juillet 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Les plats palindromes

Les plats palindromes

 

“La mariée ira mal”. Ca c’est le palindrome dans la langue française: on peut lire exactement la même phrase de gauche à droite et de droite à gauche.

Quel est le rapport avec la cuisine ? Et bien on inverse l’ordre des plats pour créer un effet trompe l’oeil. Le plat a l’apparence d’un dessert et le dessert se la joue plat. Rigolo non ?

Ces recettes trompent trois de nos sens: le goût, la vue et l’odorat. L’illusion peut être tellement parfaite que cela peut nous induire en erreur.

Alors voici quelques idée de plats palindromes pour époustoufler la galerie.

Source: http://www.momes.net/Diaporamas/recettes-trompe-l-oeil/Feuillete-au-poisson-et-petit-pois

 

Imaginez vos enfants manger du poisson pané et des petits pois en dessert. Qu’ils seront ravis lorsqu’ils découvriront que c’est en fait un chausson aux pommes et des petites boules de pâte d’amande.

 

 

Source: http://patouillesetmaillesfines.blogspot.com/2013/06/tarte-la-fraise-et-la-pistache.html

Et si on revisitait la tarte aux fraises en version salée ? Il suffit de remplacer la pâte sablée par de la pâte feuilletée, la crème pâtissière par du fromage frais et les fraises par des poivrons. Illusion et délice assuré !

 

Source: http://www.momes.net/Diaporamas/recettes-trompe-l-oeil/Des-frites-et-du-ketchup-en-trompe-l-oeil

 

Envie d’un fast food et envie de sucré ? Voici les frites…..de beignets avec une sauce aux fruits rouges en guise de KetchupⓇ.

 

Source: http://gourmand.viepratique.fr/types-de-plat/plats-types-de-plat/10-delices-surprenants-trompe-loeil-86759.html#item=1

Un petit dernier pour la fin: le marbré salé. Pour le coup, les enfants seront un peu moins

ravis que la première recette puisqu’il s’agit en fait de cake au fromage et à la tapenade.

9 juillet 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Manger finger food

Manger finger food

Au placard les couverts, aujourd’hui on mange avec les doigts ! On bouscule nos coutumes et on se laisse savourer de bons mets qui sauront ravir les petits et les grands.

Le finger food, en français « manger main », a pour concept de se nourrir sans couverts. On picore sans utiliser aucun ustensile.

Le finger food améliore la relation avec la nourriture en se rapprochant de la méthode « manger en pleine conscience » ou manger avec nos 5 sens :

  1. La vue : on observe attentivement l’aliment et en le décrivant dans sa tête on se demande s’il nous donne envie
  2. Le toucher et l’odorat : on sent la texture et l’odeur de la préparation
  3. L’ouïe : on entend le bruit que ça fait lorsqu’on croque dedans
  4. Le goût : enfin on devine le goût de chaque composante de la mignardise pour les déguster

C’est pour qui ?

Pour toute la famille !

  • Les personnes dépendantes qui manquent d’autonomie : généralement celles qui sont atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson. Elles peuvent facilement oublier comment manger avec les couverts donc risquent de se blesser. On leur demande simplement d’amener l’aliment à la bouche avec les doigts. Attention pas de brochettes pour nos doyennes !

 

  • Les personnes ayant peu de temps pour manger : si on est pressé à midi hop on se prépare une « lunch box » de finger food à déguster entre deux rendez-vous. C’est facile à manger et à transporter et en plus ça donne envie.

 

  • Les personnes souhaitant faire attention à leur ligne : euuh pourquoi ? Une assiette de finger food joliment présentée active le concept du prestige. Et le prestige donne envie de manger lentement et de déguster. Et quand on mange lentement, la satiété arrive plus vite, donc on mange un peu moins et on fait davantage attention à ce que l’on mange.

 

  • Pour les plus petits quand, pour une fois, on veut les autoriser à manger avec les doigts. En plus nous ça nous fait moins de vaisselle.

 

  • Pour les adultes qui préparent un super apéro !

Donc le finger food ne laisse personne de côté !

Mais attention manger finger food ce n’est pas manger les chips du rayon apéro ! Non, on veut présenter des amuses bouches raffinés et sains.  Servis chaud ou froid. Et on n’hésite pas à utiliser des sauces pour faire trempette !

Idées de recettes :

25 juin 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Manger cru ou cuit ?

Manger cru ou cuit ?

Manger cru

Consommer les aliments crus c’est bien car:

  • Les vitamines et minéraux sont conservés.
  • Pour les fruits et les légumes, on peut toujours savourer leur jutosité et leur croquant.
  • Il n’y a pas de nécessité d’ajout de matières grasses.

 

Mais les consommer crus peut être néfaste car:

  • Il y’a plus de risque de contaminations par des micro organismes donc pour les végétaux on conseillera de bien les laver auparavant, et de réduire légèrement la quantité de peau car c’est là que sont concentrés les microorganismes mais également la majorité des fibres, vitamines et minéraux. Pour les viandes et poissons on conseillera de les congeler au préalable pour détruire les parasites.
  • Leur digestion est souvent moins bonne car les fibres ne sont pas « prédigérées » par la cuisson et peuvent ainsi entraîner des inconforts digestifs.
  • Il est déconseillé de consommer des végétaux crus si vous êtes sujet aux diarrhées car ils contiennent plus de fibres qui accélèrent le transit.
  • Le poisson cru contient une enzyme : la thiaminaseB1 qui détruit la vitamine B1, il est donc déconseillé d’en consommer trop fréquemment (cette enzyme est détruite lors de la cuisson).

 

Manger cuit 

Consommer les aliments cuits c’est bien car:

  • Ils sont mieux digérer et évitent les inconforts digestifs notamment pour les crucifères.
  • Ils sont plus faciles à mâcher.
  • Les antioxydants des végétaux comme le lycopène et la provitamine A de la tomate ainsi que les caroténoïdes de la carotte se développent davantage à la cuisson.
  • La perte de l’eau des aliments augmente la densité nutritionnelle. C’est-à-dire la quantité de nutriments indispensables à l’organisme rapportée au nombre de calories de l’aliment. Par exemple: les épinards cuits ont une densité nutritionnelle plus importante que les épinards crus. Autrement dit, pour une même quantité d’épinards, lorsqu’ils sont cuits ils contiennent plus de vitamines et de minéraux.
  • La cuisson libère des arômes notamment pour l’oignon et l’échalote.

Mais les consommer cuits peut être néfaste car:

  • Il y a des pertes de vitamines et minéraux hydrosolubles (qui aiment l’eau donc qui passent de l’aliment à l’eau que l’on ne consomme pas).
  • Il y a aussi des pertes en  eau de l’aliment qui permet de couvrir nos besoins quotidiens en eau.

Il est donc intéressant de privilégier les modes de cuisson permettant de conserver un maximum la valeur nutritionnelle de l’aliment. On retrouve les cuissons suivantes:

  •  A l’eau: elle ne nécessite pas d’ajout de matière grasse mais certaines vitamines et minéraux se retrouvent dans l’eau. Il est donc conseillé de consommer l’eau de cuisson.
  • A la vapeur: elle ne nécessite pas de matière grasse non plus et il n’y a pas de contact direct avec l’eau donc peu de pertes vitaminiques et minérales. Cependant quelques vitamines thermosensibles (sensibles à la chaleur) sont détruites si la cuisson est trop longue.
  • En sauté: elle nécessite une petite quantité de lipides mais il n’y a pas de pertes de vitamines et minéraux.
  • A la friteuse: les aliments se gorgent de graisses mais les pertes nutritionnelles sont limitées.
  • A l’étouffée: les aliments cuisent dans leur propre eau donc moins de pertes en vitamines et minéraux sont constatées. Il est, là aussi, conseillé de consommer l’eau des aliments  qui a servi à la cuisson.
  • Au four: elle ne nécessite pas de matière grasse et mises à part certaines vitamines thermosensibles la valeur nutritionnelle est bien conservée.
  • Au micro-onde: elle procure une excellente préservation de la valeur nutritionnelle
  • Au grill: de légères pertes en vitamines thermosensibles sont à redouter. Il faut faire attention à l’effet cancérigène de l’exposition des aliments aux flammes donc cuire les aliments à la chaleur des braises et non à celle des flammes sur une grille placée à 10cm au-dessus des braises environ. C’est un mode de cuisson à utiliser avec modération.

 

Ce que je retiens :

  • Attention les féculents ne peuvent être cuits qu’à l’eau donc des pertes sont obligatoires 
  • Je ne cuis pas trop longtemps les fruits et légumes pour conserver un maximum leur valeur nutritionnelle 
  • J’alterne la consommation d’aliments crus et cuits notamment pour les fruits et légumes et j’alterne les modes de cuisson

18 juin 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Manger en couleurs

Manger en couleurs

Comment les couleurs agissent sur notre manière de nous alimenter ?

On ne s’en rend pas compte mais les couleurs de notre alimentation jouent un rôle dans la perception des goûts et de l’appétit.

L’influence de la couleur du contenant

  • Le chocolat chaud nous paraît meilleur dans une tasse orange ou crème que dans une tasse d’une autre couleur. La couleur orange réchauffe et rassure, en plus d’être associée à la joie.
  • Le goût semble aussi plus sucré et plus aromatique dans une tasse de couleur crème.
  • Manger dans une assiette rouge freine l’appétit. C’est-à-dire que le rassasiement arrive plus vite si l’on mange dans une assiette de cette couleur.
  • Les canettes jaunes augmentent la saveur citronnée. Celles de couleurs bleue ou verte donnent l’impression que la boisson est plus rafraîchissante et plus désaltérante.
  • Une assiette blanche intensifie le goût et le caractère sucré d’une tarte aux fraises.
  • Une tasse de couleur brune augmente l’intensité du café.
  • La consommation de biscuits apéritifs est réduite lorsqu’ils sont servis dans des bols rouges alors que ce n’est pas le cas lorsque les récipients sont bleus ou blancs.

 

L’influence de la couleur de l’aliment

  • Les aliments rouges, jaunes et orange sont les plus « gustatifs ». Ces couleurs chaudes nous donnent un sentiment de confiance.
  • Le vert, le marron et le bleu sont des couleurs qui rendent les aliments moins appétissants. On comprend donc pourquoi les enfants ont une répulsion pour les épinards. Le bleu, lui, rappelle le chimique car très rares sont les aliments bleus naturellement. Cette couleur fait davantage penser au chimique.
  • Pour les boissons (les sodas notamment), le vert et le bleu sont considérés comme les couleurs qui donnent le plus une sensation rafraîchissante. Une boisson rose sera perçue comme plus sucrée.

 

Pourquoi manger en couleurs

Avoir une assiette colorée est indispensable non pas pour être en meilleure santé mais pour prendre plaisir à manger et donc se nourrir correctement.

Imaginez-vous au restaurant. Vous recevez une assiette de riz (blanc) accompagnée de blanc de poulet (blanc) et de chou-fleur (blanc) tandis que votre voisin commande une assiette de riz au curry accompagné d’une poêlée de poivrons et de courgette et d’une tranche de beefsteak. Quelle assiette vous donnera le plus envie de manger ?

 

Ce que je retiens :

  • Je cuisine le plus possible avec des aliments colorés (leur couleur étant naturelle).
  • Si je cuisine pour une personne qui a tendance à ne pas manger assez ou à ne pas aimer le moment du repas, je ne mets pas d’assiettes rouges mais plutôt jaune et orange. Je veille à ce que le plat cuisiné ne rende pas une couleur monochrome dans l’assiette.
  • Pour une sensation de rafraîchissement plus intense, je peux ajouter des feuilles de menthe dans mon verre ou bien avoir recours à des sirops bleues ou verts (en les dosant avec modération car ils sont riches en sucre et en colorants). 

 

7 juin 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Réussir ses exams grâce au petit déjeuner

Réussir ses exams grâce au petit déjeuner

 

Le petit déjeuner le repas le plus important de la journée : un mythe ?

A partir du moment où  l’on se couche jusqu’au matin on jeûne. C’est-à-dire que l’on prive notre corps de toute nourriture et boisson. Alors le matin pas étonnant que l’on ne soit pas très énergétique.

Heureusement pour nous, le petit déjeuner existe !

  • Il apporte de l’énergie pour 2 raisons :
    • Mettre fin à un jeûne nocturne long. Si le jeûne n’est pas rompu, on risque de tomber en hypoglycémie (puisque le corps n’aura pas été nourri), de se sentir très fatigué.e et donc inefficace (à éviter pour réussir ses exams).
    • Pour réaliser toutes les activités de la matinée : eh oui on a aussi besoin d’énergie pour pouvoir écrire (lisiblement).
  • Il améliore la concentration, la vigilance et la mémoire (puisqu’en mangeant on nourrit son cerveau aussi).

De quoi le composer ?

Les indispensables :

  • Une boisson : pour réhydrater l’organisme
  • Un produit laitier : pour apporter du calcium et des protéines qui jouent sur la concentration
  • Un produit céréalier : pour être plein.e d’énergie pendant toute la matinée

Les facultatifs :

  • Produit sucré : pour se faire plaisir dès le matin et avoir de l’énergie immédiatement
  • Matière grasse : pour régénérer nos cellules et puis c’est meilleur avec du beurre le pain quand même !
  • Fruit : des vitamines et des antioxydants pour bien démarrer la journée. Les fruits sont aussi une bonne source de fibres pour tenir la matinée sans avoir faim
  • Viande/poisson/œuf : pour apporter davantage de protéines

Quelques idées de petit déjeuner

  • Banana bread + yaourt + thé
  • Tartine de pain complet beurrées + confiture + chocolat chaud
  • Fromage blanc + muesli (fait maison) + fraises
  • Toasts de pain complet + avocat + saumon fumé/jambon blanc/œuf

Ce qu’il faut retenir :

  • Ce ne sont que des recommandations. Chacun est libre de manger ce qu’il souhaite et le plus important reste d’écouter son corps (un article sera prochainement dédié à ce sujet)
  • Ce que je peux emporter si je n’arrive pas à manger au réveil :
    • Si je suis plus « sucré » : je peux emballer mon banana bread dans un film plastique, 3-4 madeleines, 1 barre de céréales, des graines oléagineuses (amandes, noix de cajou…), des fruits secs (raisins secs, abricots secs…), un yaourt à boire
    • Si je suis plus « salé » : je peux me faire un sandwich (pain complet, beurre, jambon)

31 mai 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Quels nutriments pour les exams ?

Quels nutriments pour les exams

  1. Un nutriment c’est quoi ?

Ce sont les éléments qui composent nos aliments. Ils nourrissent nos cellules au fur et à mesure des repas, ce qui est indispensable pour être en forme du matin au soir surtout pendant les exams. On distingue les macronutriments (protéines, lipides, glucides) des micronutriments (vitamines et minéraux).

  1. Principaux rôles des protéines

Les protéines sont SUPER importantes.

  • Ce sont elles qui vont permettre la bonne circulation des informations dans le cerveau : idéale pour rester limpide durant 4 heures d’épreuves.
  • De plus, les protéines permettent d’apporter le reste des nutriments vers nos cellules afin qu’elles soient en pleine forme elles aussi.

Catégories d’aliments

Aliments riches en protéines

Produits animaux

Viandes, poissons, œufs, lait, laitages (yaourt, fromage blanc, petit suisse), fromages

Produits végétaux

Légumes secs, graines oléagineuses (amandes, noix, noisettes…), algue (spiruline), soja, les céréales en moindre quantité

 

  1. Principaux rôles des lipides

Les lipides on en dit beaucoup de mal…et pourtant ils nous sont primordiaux !

  • Ils apportent de l’énergie que notre corps utilise pour réaliser tous nos mouvements.
  • Tout comme les protéines, ils font partie intégrante de nos cellules.
  • Les vitamines A, D, E et K ne sont pas fonctionnelles sans les lipides.
  • Ils permettent aux protéines de fonctionner correctement.
  • Et ils optimisent les fonctionnalités du cerveau.

Catégories d’aliments

Aliments riches en lipides

Produits animauxBeurre, crème, charcuterie, lait et laitages au lait entier, fromages, viandes, poissons gras et demi-gras

Produits végétaux

Huile,  avocat, noix de coco, olives, graines oléagineuses

 

  1. Principaux rôles des glucides

Qui dit exam dit concentration. Et heureusement pour nous, les glucides existent.

  • Le cerveau, tout comme nous, a besoin de se nourrir. A l’exception que lui, il ne se nourrit que de glucides ! Donc pour rester attentif pendant l’épreuve, il est intéressant de consommer des glucides avant de partir.
  • Une fois dans notre tube digestif, ils passent dans le sang puis dans le cerveau où ils nourrissent les neurones qui nous aident à réfléchir correctement.
  • Les produits contenant des glucides (sauf produits animaux et sucreries) contiennent des fibres qui retardent la faim. Top non ?

Catégories d’aliments

Aliments riches en glucides

Produits animaux

Lait et laitages

Produits végétaux

Pain, céréales (semoule, riz, pâtes…), légumes secs, pommes de terre, fruits, sucreries (bonbons, gâteaux…), légumes

 

  1. Vitamines et minéraux les plus essentiels lors des examens
  • La vitamine D améliore la concentration
  • La vitamine E aide à réduire la fatigue
  • La vitamine B et le magnésium participent à la transmission des informations dans le cerveau

Catégories d’aliments

Aliments les plus riches en :

Vitamine D

Les poissons gras, foie de morue, jaune d’œuf

Vitamine E

Huiles végétales, avocat, noix de coco, olives, germes de céréales

Vitamine B

Céréales complètes, fruits secs, olives, noix de coco, avocat, légumes secs, pomme de terre, volaille, poisson, jaune d’œuf

Magnésium

Fromages à pâte dur, pain complet, légumes secs, fruits secs, légumes (notamment les épinards), fruits (notamment la banane), chocolat, amande

 

Ce qu’il faut retenir: 

  • Avoir un peu faim (pas le ventre qui gargouille non plus) augmente la concentration
  • Je ne saute pas le petit déjeuner avant l’épreuve et j’essaye de le composer des nutriments évoqués. Si je n’ai pas du tout faim, j’emporte une collation avec moi 

18 avril 2018
de Menu by Menu
0 Commentaires

Recettes, trucs et facéties, la dailyCuisine de Daniel

 

Notre Daniel nous confie une recette d’un soir de semaine. Il vit aux USA, c’est lui qui prend soin des courses et des repas pour sa smala. Découverte et partage d’une 2ème recette.

 

 

Le foie gras de salon

Les ingrédients nécessaires :

900 g de foie gras
2 cc de sel
1 cc de poivre
1 pincée de noix de muscade
un verre de Gewurtztraminer ou de Sauternes (mais pas les deux)

Et aussi. Une planche à découper, un petit couteau pointu, 1 terrine rectangulaire, 1 thermomètre

Et un peu de temps…

Pour l’anniversaire de mon fils aîné, je fais un foie gras.
Comme d’habitude je suis pressé et je dois m’occuper de mon fils cadet. Aussi, la majorité des photos n’est pas prise dans la cuisine mais dans le salon où nous regardons un film ensemble.

Une planche à découper et un foie gras (en fait j’en fais deux) : opération table basse déclenchée.

Le foie gras c’est pas difficile, mais comme on utilise un ingrédient cher, on aime pas trop se louper.

Faut pas s’énerver pour dénerver : l’opération la plus délicate, c’est d’enlever les nerfs du foie. Je ne suis pas un spécialiste pour ça mais je me débrouille pas trop mal. Je coupe, j’ouvre, je découpe, je recoupe.

Il vaut mieux faire des plus petits morceaux (qui feront figure honorable après cuisson) plutôt que de mal enlever les nerfs. Un foie gras mal dénervé, c’est immangeable, bon pour la poubelle direct !!!

 

 

Voici la photo d’un foie de canard énervé.
Plus le canard a été stressé, plus de nerfs on a dans le foie.

Difficile de savoir malheureusement à l’avance. Pour cette recette j’ai acheté deux foies : même origine, même marchand, même qualité. Le premier était quasiment sans nerfs, le second ressemblait à un casse-tête chinois.

 

Voilà, mon canard apaisé. J’ajoute sel, poivre, noix de muscade, et je mélange à la main.
Les épices sont très importants. Sans épices c’est vraiment fade. Trop d’épices et on tue le goût du foie. Il faut être très attentif aux dosages indiqués dans les recettes.

 

 

 

Je dispose les morceaux dans une terrine préalablement rincée avec mon vin. Les plus petits morceaux en premier, les plus gros sur le dessus. J’appuie sur les morceaux avec le dos d’une cuillère à soupe pour tasser.

 

 

 

 

Je verse mon vin qui doit tout juste recouvrir la surface de mon foie. Après tout ça on se repose le foie gras et moi pendant deux heures à température ambiante.

 

Je mets à cuire mes terrines dans un bain marie à 40 ° après avoir placé un poids pour garder le foie gras tassé et ainsi le reconstituer.
Au risque de faire disparaître totalement mon foie amoureusement cuisiné, je ne laisse pas la température dépasser 75 °. Y a pas de miracle, faut surveiller de près. C’est cuit au bout d’une petite (très petite) heure ou quand la graisse atteint 2 cm d’épaisseur.
Je laisse refroidir un peu puis je mets au frigo avec le couvercle pour 48 heures
ET

C est pas fini.

Quelques heures avant de servir, il faut retirer la graisse durcie, enlever le poids.
Puis faire fondre doucement la graisse retirée. Cette graisse sera coulée en une couche fine sur le dessus du foie gras pour protéger de l’oxydation.
On remet au frigo et BOUM !
Quelques heures plus tard c’est prêt a servir !!!
Juste la première tranche s’est un peu explosée quand je l’ai retirée de la terrine mais pour le reste je suis plutôt content.

Et c’est boooooooooon !!!!!!

9 avril 2018
de Menu by Menu
0 Commentaires

Recettes, trucs et facéties, la dailyCuisine de Daniel

 

 

Notre Daniel nous confie une recette d’un soir de semaine. Il vit aux USA, c’est lui qui prend soin des courses et des repas pour sa smala. Découverte et partage d’une 2ème recette.

 

 

 

 

 

Gâteau de nuit, moi je le fais à minuit. Pour les autres, ça s appelle un gâteau marbré.

 

 

On a besoin de ça : 

 

  • 200 g de  beurre
  • 280 g de farine
  • 200 g de sucre
  • 4 œufs
  • un peu de vanille
  • 1 pincée de sel
  • 1 cuillère à soupe de cacao amer
  • 1 sachet de levure chimique (11g)

 

 

 

Evidemment je suis pressé et je n’ai qu’une envie c’est d’aller me coucher mais bon j’ai promis à mon fils et à ma voisine de leur faire ce gâteau, je vais donc doubler les proportions.

Une fois de plus j’utilise mon fidèle robot, pas indispensable mais ça va tellement plus vite.

 

 

C’est parti ! Le sucre dans le pot, le beurre un peu mou par dessus

 

 

 

 

Je mélange avec l’instrument appelé la feuille

 

 

 

Je devrais faire ça en vitesse lente. Boum je démarre ! Ca tourne, au bout de trente secondes j’accélère en vitesse 2, puis en vitesse 3, puis 4 et enfin je fais une pointe en vitesse maxi (Quelques secondes)

Puis les oeufs  1 par 1. Même traitement … Pas très orthodoxe mais c’est fait en trois minutes.

 

Je passe à la farine que j’ai préalablement mélangée avec la levure. Là j’y vais doucement pour mieux l’intégrer et que je n’ai pas envie de noyer la cuisine dans un nuage blanc.

 

 

Je sépare la pâte en deux. A une moitié je rajoute un sachet de sucre vanillé, à l’autre mon cacao en poudre.

 

Ça y est je l’ai mon nuage !

Comme la partie cacaotée me semble un peu épaisse, je rajoute quelques centilitres de lait.

On y est presque, j’ai préparé des moules, un petit coup de spray pour que ça colle pas. La partie vanillée en dessous, la partie avec le cacao au dessus (enfin, plus ou moins). Normalement je devrais lisser un peu, je le fais pas mais c’est une erreur que je rattraperai après quelques minutes au four.

Pour la cuisson ça prend un certain temps, je mets le four bien chaud les dix premières minutes puis je réduis la température pour au moins une demi heure (voire plus surtout si on utilise un moule à cake). Cuisson à surveiller de près surtout pour la partie chocolat.

Et voilà le travail !

Rapido ! Presto ! Et plutôt bono !

24 mars 2018
de Menu by Menu
0 Commentaires

Recettes, trucs et facéties, la dailyCuisine de Daniel

Notre ami Daniel nous confie une recette d’un soir de semaine. Il vit aux USA, c’est lui qui prend soin des courses et des repas pour sa smala. Découverte et partage.

Aujourd’hui je fais de la pâte à pizza et si tout se passe bien c’est cinq minutes, montre en main. Quand je le fais au moins je sais ce qu’il y a dedans.

J’ai besoin de :

  • 350 gr de farine (bio si possible)
  • 7 gr de levure
  • 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive (bio aussi)
  • 250 ml d’eau bien chaude (comme pour un bain)
  • une pincée de sel (moi j’aime bien le sel aux aromates)
  • et un robot mixeur (réutilisable pour d’autres recettes) avec un crochet (sans Capitaine)

C’est tout.

Le crochet ressemble à ça

 

 

 

 

 

 

 

C’est parti !

Dans mon bol je mélange la farine et la levure avec une cuillère en bois, je rajoute l’huile d’olive.
Démarrage du crochet en vitesse lente, mon eau chaude est déjà prête.
On tourne !!!
Quelques secondes suffisent pour mélanger l’huile et la farine.
Je verse l’eau au centre sans me presser mais sans attendre.
Le moment délicat ce sont les derniers millimètres.
Selon la farine utilisée, la température de la pièce, votre robot et mon humeur, je peux obtenir une pâte collante (trop d’eau) ou trop sèche.

Bah ! si c’est trop sec, je rajouterai de l’eau.
Si c’est trop collant je rajouterai de la farine.

Mais aujourd’hui c’est parfait, ça se détache facilement du crochet.

 

Ce jour-là, Daniel a ajouté une sauce toute faite et des tomates. En mars, vous imaginez bien que nous l’avons sermonné !  « ok je plaide coupable ! je ferai le pèlerinage de st Jacques de Compostelle déguisé en tomate géante !!!! » a-t-il répondu 🙂

Voici le résultat :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A suivre…

17 novembre 2017
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : anti-gaspi

Du 18 au 26 novembre c’est la Semaine Européenne de Réductions des Déchets, en France nous produisons 354 kg de déchets ménagers par habitant et par an. C’est beaucoup n’est ce pas ?
Alors nous vous proposons des idées spéciales anti-gaspi pour moins jeter !

Illustration de Bernard Pras, artiste français qui réalise ses œuvres à partir de déchets

 

Nos idées pour la semaine sont surtout des idées de types de recettes qui permettent de recycler des plats, d’utiliser des restes ou des ingrédients qui auraient été un peu oubliés et qui aurait perdu leur fraîcheur.

La soupe, idéale pour utiliser les légumes du fond du frigo. On peut mélanger un peu près tout et même y mettre des fruits. Ce qu’il vous faut c’est des légumes et un mixeur, avec un bout de fromage, le dîner est fait !

Nous vous proposons le velouté de fanes de radis à la cameline et toasts caprins pour plusieurs raisons. Elle colle parfaitement au thème puisqu’elle utilise les fanes des radis donc pas de déchets, elle est accompagnée par des toasts au fromage de chèvre et puis elle fait partie d’un recueil que nos amis berrichons de l’huilerie Vigean viennent de publier et qui regroupe plein de bonnes recettes avec leurs huiles  « Trésor d’huiles ».

 

Les tourtes, quiches et autres tartes salées, comme le fameux fourzitou de Madame Lepic sont parfaits pour réutiliser les restes. Ils acceptent vraiment tout, les viandes comme les légumes pour peu qu’on y mette un peu de liant comme des œufs, de la crème, du fromage.

La tourte de poulet permet d’utiliser les restes d’un poulet rôti et de les transformer dans un nouveau plat tout beau. La tourte sera parfaite accompagnée par une belle salade verte !

 

Quand il reste des céréales ou des pâtes , les poêlées ou les woks sont très pratiques. On y ajoute ce qu’on a sous la main comme une boite de maïs, des dés de jambon, des œufs et des légumes coupés finement pour une cuisson rapide.

La poêlée de porc et riz aux légumes, est un exemple parfait. Dans cette recette il y a des oignons,  des carottes et des choux mais vous pouvez ajouter ce qui vous tombent sous la main comme un reste de courge, des poireaux ou des haricots rouges.
Pour votre organisation vous pouvez faire mariner la viande et cuire le riz dès la veille.

 

Le pain perdu, bien connu dans sa version sucrée, existe aussi en version salé et du coup vous n’êtes plus perdu·e ! Toutes les fantaisies s’y prêtent le pain dur devient une base.
Ici c’est un pain perdu chèvre épinard bacon, oui, nous sommes berrichonnes et adorons le fromage de chèvre. Mais c’est parce que c’est bon ! L’emmental, le cantal, le cheddar vont très bien aussi dans cette recette et bien entendu des épinards frais iront parfaitement et sans pré-cuisson.
Et comme pour les autres plats de cette semaine vous pouvez changer les ingrédients selon vos besoins.

 

Dans les desserts, les aliments qui se périment, se sont les fruits. C’est vrai on a rarement le problème d’une tablette de chocolat oubliée 😉
Pour les fruits l’idée la plus simple est de les transformer en compote, confiture ou en smoothie tout simplement. Après il y a aussi les clafoutis et les cakes.
Nous vous proposons les toutes simples Bananes chocolat noisette au four. Il suffit d’ouvrir les bananes en les laissant dans leur peau et d’y insérer du chocolat (je vous disais qu’il n’était jamais oublié) et des noisettes. Après si vous avez de la glace à la vanille qu’il faut finir, pourquoi pas en poser une boule avec.

 

Toute la semaine nous mettrons sur notre page Facebook, nos petits trucs anti-gaspi et vous pouvez aussi les retrouver dans notre rubrique sur le blog ICI
Et pour plus d’idées il y a nos recettes « avec les restes » à retrouver sur notre site ICI

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

 

30 octobre 2017
de Menu by Menu
0 Commentaires

Princesse Asperge et Prince Potiron

Il était une fois

Un beau royaume où vivait un Prince.
Ce Prince était gai, gentil, intelligent, courageux.
Il était artiste, musicien, bref il avait toutes les qualités que le rendaient aimable, mais… il avait un gros défaut.

Il était, depuis l’enfance, très difficile à nourrir : il ne voulait manger que des potirons. Pourtant ses parents, le Roi et la Reine, avaient tout essayé pour lui faire aimer autre chose, sans résultat que le rendre malade, le faire vomir… Et avec le temps, il avait fini par ressembler à un Potiron.

Il était très gros, plus large que haut, un ventre énorme, le teint orange avec sur la tête une petite touffe de cheveux verts. Il se savait très laid, savait qu’on l’appelait « Prince Potiron », et en était très malheureux, mais il n’arrivait pas à faire autrement que de dévorer trois fois par jour, un plat de potirons que lui apportait un valet.

Alors, souvent, il allait seul se cacher dans les bois pour pleurer…

Dans le royaume voisin, vivait une jeune Princesse, elle aussi, pleine de qualités, mais avec un gros défaut : elle ne supportait depuis que les asperges, et refusait tout autre chose.

Avec le temps, elle ressemblait à une Asperge, longue et maigre, le teint blafard, avec une petite tête mauve et des cheveux violets. Elle se savait laide, savait qu’on l’appelait « Princesse Asperge », et en était très malheureuse, mais, trois fois par jour, se jetait sur un plat d’asperges que lui apportait un valet.

Alors, souvent, elle allait seule se cacher dans les bois pour pleurer…

Un jour qu’elle se promenait tristement dans une clairière, elle entendit un bruit et, s’approchant, vit le Prince Potiron en larmes.

« Pourquoi pleurez-vous ? » demanda-t-elle

Il lui raconta son histoire, elle lui dit la sienne, ils furent heureux de parler et de se comprendre. Comme ils allaient se quitter, arrivèrent les valets avec leurs plateaux. Le Prince se précipita sur les potirons et la Princesse sur les asperges, ils avaient un peu honte mais ne s’en firent pas reproche.

Ils décidèrent de se revoir.

Ce qu’ils firent de nombreuses fois, apprirent à se connaître, se découvrirent des goûts et des qualités communs, s’apprécièrent.

Un jour, lors de leurs rendez-vous, alors que l’on apportait au Prince sa ration de potirons, la Princesse, qui l’aimait en secret et voulait le sauver par amour, se servit avant lui et dévora les potirons… sans en être incommodée.

Et le Prince, qui l’aimait aussi, voyant arriver le plat d’asperges, l’engloutit… sans être malade.

Ainsi ils prirent l’habitude d’échanger leurs repas et, un peu à la fois, à goûter d’autres plats et à se transformer.

La Princesse devint rose, pris d’agréables formes, et devient une belle jeune femme.
Le Prince maigrit, grandit, perdit la peau orange et devint un beau jeune homme.

Ainsi, ils se marièrent, furent heureux et eurent de beaux enfants… à qui ils apprirent à manger de TOUT.

Un énorme merci à notre Prince Asperge (et oui, chez nous les genres ont été inversés 🙂 pour cette  histoire de l’époque du Moulin…

A vous chers parents, pour vous donner des idées dans la difficile lutte pour l’ingestion des légumes à leurs bambins 🙂

 

20 octobre 2017
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : mangeons des légumes avec les enfants

Cette semaine nous pensions être en été et pourtant les vacances de la Toussaint sont déjà là. Alors je me suis dit que c’était le moment de relever le défi de manger des légumes avec les enfants.
Parce que c’est bien connu, c’est par l’exemple qu’on élève un enfant donc s’il vous voit vous régaler avec des légumes il y a de fortes chances qu’il veuille y goûter aussi.
Une autre astuce consiste à faire la cuisine et les courses avec eux, dans un potager c’est encore mieux .
Pour ma part je n’ai pas forcé mes enfants à finir leurs assiettes en revanche ils avaient toujours (ils ont toujours) l’obligation de goûter même une petite bouchée. Je suis persuadée que le goût s’apprend et qu’en goûtant plusieurs fois on finit par aimer, même si c’est très long (très très long).

Une tarte citrouille comté poireau, c’est une tarte très gourmande car le fromage est en cubes et pas râpé donc on sent bien le moelleux. La citrouille apporte un petit goût sucrée et puis elle a un côté féerique entre Cendrillon et Halloween.
Votre enfant peut participer en étalant la pâte dans le moule (ou au rouleau si vous faites une pâte maison), piquer la pâte avec une fourchette, battre les œufs et répartir les cubes de fromages. S’il est assez grand pour couper, il peut tout faire !
Mangée avec une salade verte, c’est un dîner complet.

Une soupe de pois cassés et coing, forcément quand on se prend un coin, on se casse (blague niveau Grande Section ça devrait passer). Cette soupe est l’occasion de goûter 2 ingrédients pas toujours présents dans nos cuisines et pourtant tellement bons. Le pois cassé, je l’adorais déjà à la cantine servi avec du boudin noir, et comme j’étais la seule mes copines me donnaient leurs assiettes pour ne pas se faire punir.
Bref essayez cette association, elle est terrible.
Pour participer les enfants peuvent verser les pois dans la casserole, mixer ou préparer des petits bols de trucs à mettre dedans comme du fromage râpé ou du roquefort, de la crème fraîche épaisse ou des amandes grillées (pour les plus de 5 ans).

De la courge spaghetti au poulet et légumes. Connaissez-vous cette courge ? je crois que je l’ai découverte grâce au potager de ma copine Caroline il y a 3-4 ans. Depuis je l’aime chaque année un peu plus, c’est mon équivalent hivernale de la courgette. Alors je ne l’emploie pas de la même façon, par exemple elle ne convient pas aux soupes ou aux tartes. Mais c’est un légume passe partout, on peu dire que toutes les recettes de pâtes lui vont.
Ce qu’il ne faut pas rater avec les enfants c’est le moment où la courge se transforme en spaghetti. N’oubliez pas de leur faire faire, c’est magique !
Si vous avez un spiralizer (ce petit appareil qui ressemble à un taille crayon et qui transforme les légumes en longs rubans fins), vous pouvez vous en servir avec les carottes pour accentuer le côté spaghetti.

Un gratin de ravioles aux épinards, alors oui je sais des épinards aux enfants. C’est tellement le légume qu’ils détestent dans l’imaginaire collectif mais dans les faits pas tant que ça. Au début vous pouvez mettre moins d’épinard que prévu dans la recette pour que ça soit progressif.
Les enfants peuvent déposer les plaques de ravioles dans le plat,équeuter les épinards et aussi parsemer le fromage râpé.

 

Un pumpkin cake, et oui des légumes jusque dans les desserts !
Ce gâteau est une variation de saison du carrot cake, comme c’est bientôt halloween c’est le moment de le déguster !
Si vous avez des moins de 5 ans avec vous ne mettez pas de noix de pécan ni de graine de courge dedans, les risques de fausses routes sont bien trop dangereux.
Les enfants peuvent vous aider à mélanger : le beurre et le sucre, les œufs, et puis ils vont adorer décorer le gâteau soit avec les graines de courge soit avec des pépites de chocolat.

 

 

Voilà, j’espère vous avoir donné des idées. Transmettre le goût et l’amour de la cuisine aux enfants est une des choses qui nous animent le plus avec Dorothée alors si on peut apporter notre petit caillou c’est avec bonheur.

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

20 septembre 2017
de Menu by Menu
0 Commentaires

Chasse aux Poux !

Mon Grand Blond était passé travers les attaques de bestioles jusqu’en 6ème, mais depuis son entrée au collège les Poux ont élu domicile dans sa belle tignasse… Après avoir épuisé le stock de produits à tête de mort de mon Pharmacien préféré, après avoir crémé et peigné ladite tignasse un jour sur deux pendant 3 mois, après avoir chanté sous la pluie en psalmodiant des incantations bienfaisantes, je rends mon tablier !

Heureusement ma Soeur Delphine est là. Comme toujours. Elle me conseille le Bicarbonate de Soude, la Mayonnaise maison (alors là non, si je me donne la peine de préparer une mayo moi-même, c’est pas pour les poux !), ou de l’Huile de Coco pour les étouffer.

D’après mon Grand Blond c’est ma Petite Brune qui lui a refilé ses poux de Maternelle, étant données la douceur de leurs relations, je suis trrrrès motivée pour trouver une solution. Si quelqu’un à un remède de pointe, écrivez-moi ICI. De mon côté, je vous tiens au courant de mes prochains tests.

7 juillet 2017
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : les enfants sont chez les Grands-parents

La fin des classes a sonné, les enfants sont en vacances, super ! Oui, mais pas vous !

Peut-être comme je l’ai fait pendant des années, vous pouvez les confier à leurs grands-parents ? Et si c’est le cas peut-être aussi que vos parents vous demandent « mais qu’est-ce qu’ils aiment manger ? » C’est vrai rien de plus agaçant que de préparer un repas et qu’il soit boudé surtout par leurs petits-enfants !

Alors pour aider à ce que tout ce passe bien, vous allez faire un tour sur notre site et vous préparez un planning avec vos enfants. Vous pourrez même vous charger des courses et vos parents n’auront plus qu’à cuisiner !

Je vous propose un planning avec des recettes que mes enfants adorent et petit bonus, elles sont si faciles à réaliser qu’ils peuvent même les faire et les plus petits peuvent aider. C’est vraiment le moment de mettre en application des mots compliqués comme transmission intergénérationnelle !
Inciter les GP à mettre leurs recettes sur le site !

 

Des boulettes de viande sauce tomate servis avec des spaghetti et du parmesan, c’est un sans faute !

Les enfants adorent les boulettes et en plus quel plaisir de les faire ensemble. Les adultes coupent et cuisent et les petits roulent les boulettes, c’est comme de la pâte à modeler.

 

Un mille feuilles courgettes jambon cantal, un plat tout simple où l’on reconnait bien les saveurs de chaque ingrédients. Laissez les enfants mettre dans le plat les produits en les alternant, ils vous diront qu’ils font un algorithme ne les contredites pas surtout !

 

 

On pourrait appeler ça des boulettes mais comme on les a aplaties ce sont des palets de poisson aux épices. Pour les plus jeunes il vaut mieux éviter le piment. Et de nouveau comme pour les boulettes, faites participer vos enfants, ils mangent avec beaucoup plus d’appétit un plat qu’ils ont préparé même du poisson !

Pour servir n’hésitez pas à faire une sauce tomate maison, la recette est ICI.
Pour accompagner : une salade de concombre ou de tomates.

Le clafoutis de tomates un plat que nous affectionnons chez moi. Il se mange chaud, tiède ou même froid accompagné d’une belle salade verte. Les enfants adorent ces petites tomates cerises et pourront mélanger avec le fouet la préparation avant de la verser dans le plat.

 

Comme dessert de la mousse au chocolat au lait, comme une mousse au chocolat mais avec un petit goût de caramel. Un régal pour tous !

Laissez les enfants monter les blancs en neige, c’est de la magie !

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI 

 

Et vos enfants aussi ont certainement beaucoup de choses à apprendre à vos parents !

Les illustrations sont de Henry Hintermeister, artiste américain (1897-1970)

 

 

26 avril 2017
de Menu by Menu
0 Commentaires

Un truc pour équeuter les fraises

C’est la saison des fraises, c’est la saison des fraises ! Alors je vous donne un petit truc pour les équeuter rapidement et facilement.

Vous prenez une paille assez grosse (genre paille à mojito, voyez) et vous la coupez légèrement en biseau, après il suffit de traverser la fraise en partant du bas pour retirer le pédoncule.
Et voilà !

truc fraise

N’oubliez pas de laver les fraise avant de les équeuter pour qu’elles ne se gorgent pas d’eau.

Pour que rien ne se perde vous mettez toutes les queues dans une carafe d’eau et 2 heures après vous avez une eau délicieusement parfumée à la fraise.

 

Pour retrouver nos recettes avec des fraises, c’est ICI