Menu by blog

et le quotidien devient un jeu

1 septembre 2018
de Menu by Menu
0 Commentaires

Découvrir not’ Berry du Sud gourmand !

Bienvenue en Berry, dans la douceur indrienne. Ici nous sommes un peu sauvages, très gentil.le.s, et surtout amoureux de nos plaines, de nos bocages et de nos légendes. Certains disent que nous sommes un désert gastronomique, qu’ils restent chez eux ces jamais-contents, car ici nous sommes bourrés de ressources ! Voici une liste non exhaustive des producteurs/trices, commerçant.e.s, et restaurateurs/trices d’cheu nous, pour votre plus grand plaisir. Et pour le nôtre, racontez-nous vos impressions et partagez avec nous vos découvertes 🙂 clic-clic ICI pour m’adresser un mail

Les productions – Pour découvrir les beaux produits du Bas Berry

Les marchés – Les jours, les lieux, les spécialités pour suivre les saisons et se balader en faisant les courses

Les commerces – Les boulangeries, les charcuteries, et autres bons magasins

Les restaurants – Nos adresses pour ne pas faire la cuisine, s’asseoir et se laisser servir 🙂

Une histoire de pyramides… et celle de notre fameux Pâté de Pâques

« Oublie pas qu’y faut 2 gars du Cher pour faire un gars de l’Indre ! »

Dorothée

1 septembre 2018
de Menu by Menu
0 Commentaires

nos COMMERCES dans l’INDRE

De mon point de papilles :

La meilleure baguette Bagatelle est Aux Délices à Châteauroux

Les bons gâteaux sont Aux Délices à Châteauroux et dans la pâtisserie juste à côté, dans celle de Levroux et chez Poitevin à Buzançais

Le boudin noir que l’on peut manger frais tellement il est bon est chez le charcutier de Levroux

Dorothée

31 juillet 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Le discours anti-lait

Le discours anti-lait

Et si on commençait par définir le lait…
Le lait est le produit final de la traite d’une femelle laitière bien portante et bien nourrie. On trouve de nombreux types de laits : vache, chèvre, brebis, ânesse, jument, bufflonne … Eh oui, la vache et la chèvre ne sont pas les seules à nous offrir leur lait !
On récapitule : le lait provient de femelles​, donc les laits de soja, riz, amandes, avoine, etc. ne sont pas des « laits » mais plus précisément des « jus végétaux ».

Analysons maintenant les arguments anti-lait :
Aujourd’hui, de nombreux arguments contre la consommation de lait se propagent. Reprenons-les de manière objective :
1. Nos ancêtres du paléolithique ne buvaient pas de lait​ : c’est vrai. Cependant, à titre d’exemple, il en est de même pour les céréales …

2. Le lait n’est pas l’unique source de calcium​ : ce raisonnement est juste. En effet, mis à part le beurre, l’huile et le sucre, tous les aliments sont composés de calcium. Les légumes sont les deuxièmes aliments à en contenir le plus – après les produits laitiers – à raison de trois fois moins environ que le lait. Malgré cela, il est tout à fait possible d’assurer ses besoins en calcium sans lait.

3. Le lait est destiné au veau et non à l’homme​ : cet argument est difficilement réfutable. Il a d’ailleurs suffisamment d’importance pour que certains choisissent (pour des raisons éthiques) de retirer le lait de leur alimentation.

4. Nos enzymes (molécules qui permettent une bonne digestion) ne sont pas adaptées pour digérer le lait​ : cet argument n’est pas établi. Pour digérer correctement le lactose du lait, il est nécessaire d’avoir une enzyme  particulière : la lactase. Or, chez 40% des individus, l’activité de cette enzyme est insuffisante, ce qui explique l’apparition de troubles digestifs.  Afin d’y remédier, il est possible de consommer le lait lorsqu’il est cuit (béchamel) et de favoriser les laitages et fromages (dont la teneur en lactose est quasi nulle).

5. Le lait favorise le diabète et le cancer : ​certes, de nombreuses études ont été réalisées et ont donné lieu à des corrélations positives …. mais, à ce jour, aucune autorité n’a ratifié ces études.
Le lait possède des qualités nutritionnelles particulièrement intéressantes pour tous les âges de la vie (du nourrisson à la personne âgée), mais d’un point de vue éthique et croyances, libre à chacun de penser ce qu’il veut.

11 juin 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Les substituts aux viandes

Les substituts aux viande

Avec le nombre grandissant de végétariens, végétaliens et végans, les industriels en profitent pour sortir de nouveaux produits : les substituts aux viande. Mais remplacent-ils vraiment la viande ? Lesquels choisir ?

Comparaison avec la viande

On mange de la viande car : c’est une excellente source de protéines de très bonne qualité. Quand on parle de bonne qualité c’est-à-dire qu’elles sont parfaitement bien absorbées par l’organisme. Sur le schéma est représenté à gauche une protéine animale « complète », à droite une protéine végétale à laquelle il manque des éléments pour la rendre complète. 

Entre les féculents et les légumes secs, ce ne sont pas les mêmes éléments qu’il manque. Donc les protéines des féculents et les celles des légumineuses se complètent. C’est pourquoi on recommande de les associer dans l’assiette pour avoir la même qualité que celle des viandes.

 Comment les choisir ?

  • Pour que les protéines végétales soient bien assimilées, le produit doit contenir des féculents ET  des légumineuses ou bien doit être à base de quinoa (seul féculent dont les protéines sont « complètes »).
  • Si le produit contient du soja ou des légumes secs mais pas de féculent: en ajouter dans l’assiette
  • Si le produit contient uniquement des féculents: ajouter des légumes secs ou soja dans l’assiette
  • Attention ! Les protéines du soja et ses produits dérivés ne sont pas d’aussi bonne qualité que les protéines animales. Il conviendra de les compléter avec un féculent.
  • Pour qu’un substitut à la viande remplace réellement la viande il faut à tout prix éviter qu’il contiennent du sucre (cf liste des ingrédients).

Les meilleurs sur le marché

Voici une petite sélection, non exhaustive, des meilleurs produits que j’ai pu trouvé :

Celui à compléter avec des légumes secs :

 

Ce qu’il faut retenir :

  • Ce qu’il faut, idéalement, retrouver dans la liste des ingrédients : le nom d’une céréale ET le nom d’une légumineuse
  • Ce qu’il ne faut pas retrouver dans la liste des ingrédients : sucre, sucre inverti, sirop de glucose, sirop de glucose-fructose, sirop de riz, sirop de maïs et autres sirops, glucose-fructose, isoglucose, extrait de malt d’orge, malt d’orge, dextrine, dextrose, maltodextrine, glucose
  • Ce qui est préférable de retrouver dans les informations nutritionnelles : protéines ≥10g pour 100g

4 juin 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Classifications et bienfaits des légumes

Classification et bienfaits des légumes

« Pour être en bonne santé, mange au moins 5 fruits et légumes par jour » nous rappelle le Programme National Nutrition Santé (PNNS). Mais pourquoi vante-t-on autant les légumes ?

Dans le tableau ci-dessous, vous retrouverez la classification des légumes selon leur origine botanique, qui peut parfois nous jouer des tours, ainsi que leur composition générale qui reflète tous les bienfaits des légumes.

 

Vous pouvez trouver le tableau sous format PDF ici: Classification des légumes

28 mai 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Utilisation des tomates

Utilisation des tomates

Les valeurs nutritionnelles de la tomate

La tomate contient en grande majorité de l’eau, ce qui fait d’elle un aliment très peu calorique. Sa composition est négligeable en macronutriments (protéines, glucides, lipides) mais très intéressante en micronutriments :

  • Du calcium: il constitue les os et les dents et permet à nos muscles de se contracter,
  • Du magnésium: il relaxe et régule le transit. C’est aussi un anti-inflammatoire et un antiallergique. Enfin, il permet le fonctionnement des muscles.
  • Du phosphore: il constitue l’os, les dents et des éléments du cerveau. Il conserve aussi le pH du sang (pour les plus scientifiques).
  • Du potassium: il a un rôle dans l’activité cardiaque, il transmet les informations dans le cerveau et limite les crampes.
  • Du bêta carotène et du lycopène: ce sont deux puissants antioxydants.
  • De la vitamine K: elle évite les hémorragies lors de blessures et elle fixe le calcium sur les os et les dents.
  • De la vitamine B9 : elle régénère le sang et permet un bon fonctionnement du système nerveux. Ajoutons qu’elle est indispensable pour la construction du cerveau du fœtus.

 Comment conserver ses tomates ?

  • Déjà en ne les conservant pas au frigo. Pourquoi ? Car, botaniquement, la tomate est un fruit. Donc si on la stocke au frigo elle perdra de sa saveur. Il est ainsi préférable de la conserver à l’air ambiant, à l’abri de la lumière et de la chaleur.
  • Ensuite, il est préférable de ne pas les stocker à proximité de fruits dits « climactériques ». Ce sont des fruits qui produisent un gaz (l’éthylène) qui accélère le processus de maturation des végétaux à proximité.
    • Les fruits climactériques: banane, abricot, avocat, kiwi, poire, pomme, prune, melon, nectarine, figue, mangue, pêche, kaki, goyave
  • En bocal : petites pertes de vitamines et minéraux hydrosolubles, c’est-à-dire qui aiment l’eau. Une grande partie d’entre eux vont donc passer dans l’eau du bocal que l’on ne consomme pas.
  • Surgelées : elle permet une très bonne préservation des qualités nutritionnelles en plus d’un temps de stockage très long.
  • Séchées : généralement on les retrouve baignant dans l’huile, ce qui augmente considérablement l’apport calorique. Mais il est possible de réaliser ses propres tomates séchées en diminuant l’huile. Cependant les valeurs nutritives sont bien préservées.

Quelle tomate pour quelle utilisation ?

Avec plus de 12 000 variétés de tomates dans le monde on se doute bien qu’elles n’ont pas toutes les mêmes caractéristiques. Certaines sont plus fragiles que d’autres d’où leur différences d’utilisation. Les plus fragiles doivent éviter la cuisson.

 

24 mai 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Les substituts au lait

Les substituts au lait

 

Lait ou jus végétal ?

Le lait est, par définition, une boisson d’origine animale. Ainsi, les boissons appelées « lait de… » (autre que les laits d’animaux) que l’on retrouve dans les supermarchés sont tenues de s’appeler boissons végétales.

 

 

Voilà la liste non exhaustive des boissons végétales qui existent :

  • Boisson végétale à base d’amande
  • Boisson végétale à base de de riz
  • Boisson végétale à base d’avoine
  • Boisson végétale à base de soja
  • Boisson végétale à base de châtaigne
  • Boisson végétale à base de noisette
  • Boisson végétale à base de quinoa
  • Boisson végétale à base de coco
  • Boisson végétale multicéréales

Les boissons végétales remplacent-t-elles le lait ?

Afin de le savoir, appuyons-nous sur les caractéristiques nutritionnelles moyennes des boissons végétales comparées au lait.

  • L’eau

Le lait, comme les jus végétaux, contiennent une grande quantité d’eau qui permet de couvrir nos besoins hydriques journaliers.

  • Les protéines

Les protéines possèdent de nombreux rôles – constitution des cellules de notre corps, lutte contre les micro-organismes pathogènes (qui provoquent des maladies). Cependant, les protéines d’origine végétale sont moins bien absorbées. De ce fait, elles assurent moins bien leurs rôles.

  • Lipides

Les boissons aux amandes et aux noisettes en contiennent largement plus, leur excellente qualité peut nous faire relativiser. En revanche, les autres jus en contiennent peu, comme le lait.

  • Glucides

Les boissons végétales sont très souvent additionnées de saccharose (sucre de table), ce qui augmente l’apport calorique, et d’épaississants (notamment les algues). Le lait possède naturellement un autre type de glucide (le lactose) et aucun additif n’y est ajouté.

  • Calcium

Le plus souvent, du calcium est additionné dans les boissons végétales. Mais ce n’est pas pour autant qu’il remplace le calcium du lait de vache. Pourquoi ? Car le calcium est compliqué….il lui faut du lactose, de la vitamine D, des acides organiques, un type spécifique de protéines (les caséines) et moins de phosphore qu’il n’y a de calcium… Critères que les boissons végétales ne remplissent pas, contrairement au lait.

Et du coup ?

Alors oui les boissons végétales se digèrent mieux que le lait MAIS elles ne remplacent en rien les laits d’un point de vue nutritionnel puisqu’elles n’ont pas les mêmes caractéristiques que le lait. En plus elles ne font partie d’aucune catégorie d’aliments et elles sont onéreuses. Où est l’intérêt ?

Ce qu’il faut retenir: 

  • Je ne donne pas de boissons végétales en remplacement du lait de vache à mon enfant (sans recommandation médicale) pour lui éviter des carences nutritionnelles importantes. Voici le résumé de deux études prouvant les potentielles conséquences de l’éviction du lait de vache chez l’enfant: première étude, deuxième étude.
  • Je garde en tête le tableau suivant en comprenant qu’aucune boisson ne remplace le lait. 

    Lait de vache

    Jus d’amande

    Jus de soja

    Jus de riz

    Jus d’avoine

    Eau (g/100mL)

    90969388

    90

    Protéines (g/100mL)

    3.20.63

    Lipides (g/100mL)

    1.61.421

    1

    Glucides (g/100mL)

    4.81.50.7108

    Calcium (mg/100mL)

    1167125

    1

 

 

4 février 2018
de Menu by Menu
0 Commentaires

du VERT l’hiver avec les choux frais

Avec Menu by Menu nous participons à eCommerCentre, une super association d’entrepreneur·e·s enrichissant·e·s et bienveillant·e·s. Nous y avons rencontré Éric Deloulay de la pépinière en ligne « Aromatiques » qui est un joyeux compère ! Avec lui, Dorothée a découvert la salade d’hiver (Delphine connaissait déjà bien sûr). Eric a une variété incroyable de Brassicacées (anciennement nommées Crucifères, des choux quoi :-).

Commençons par la fin : les recettes. Voici nos premières recettes réalisées avec les choux Kale et Mizuna d’Eric. La liste s’agrandira, si les limaces nous laissent quelques feuilles, avec des recettes de Moutarde de Chine Hakarachi, Moutarde rouge à feuilles découpées, Moutarde de Chine émeraude, Moutarde de Chine Mike Giant, Hon Tsai Tai, Tah Tsai, Komatsuma, Mizuna Kyoto, Mizuna pourpre, Mibuna, Chou Kale, Chou Kale pourpre, Chou Kale rouge de Russie, Kale de Chine, Cresson Alenois, et la très chère Roquette de Dorothée).

Salade-de-lentilles-et-mizuna

Salade-de-pommes-de-terre-et-kale

Salade-quinoa-grenade-avocat-kale

Courge-farcie

Et une recette de louvette, l’une des Planneuses de Menu by Menu Kale-pois-chiches-et-tomates-séchées

Pour terminer par le début : la plantation. Nous vous raconterons (au bon moment) comment les planter sur votre appui de fenêtre ou dans votre jardin, et comment les sauvegarder d’une invasion de limaces gourmandes pour profiter du vert tout l’hiver.

#aromatiques

30 octobre 2017
de Menu by Menu
0 Commentaires

Princesse Asperge et Prince Potiron

Il était une fois

Un beau royaume où vivait un Prince.
Ce Prince était gai, gentil, intelligent, courageux.
Il était artiste, musicien, bref il avait toutes les qualités que le rendaient aimable, mais… il avait un gros défaut.

Il était, depuis l’enfance, très difficile à nourrir : il ne voulait manger que des potirons. Pourtant ses parents, le Roi et la Reine, avaient tout essayé pour lui faire aimer autre chose, sans résultat que le rendre malade, le faire vomir… Et avec le temps, il avait fini par ressembler à un Potiron.

Il était très gros, plus large que haut, un ventre énorme, le teint orange avec sur la tête une petite touffe de cheveux verts. Il se savait très laid, savait qu’on l’appelait « Prince Potiron », et en était très malheureux, mais il n’arrivait pas à faire autrement que de dévorer trois fois par jour, un plat de potirons que lui apportait un valet.

Alors, souvent, il allait seul se cacher dans les bois pour pleurer…

Dans le royaume voisin, vivait une jeune Princesse, elle aussi, pleine de qualités, mais avec un gros défaut : elle ne supportait depuis que les asperges, et refusait tout autre chose.

Avec le temps, elle ressemblait à une Asperge, longue et maigre, le teint blafard, avec une petite tête mauve et des cheveux violets. Elle se savait laide, savait qu’on l’appelait « Princesse Asperge », et en était très malheureuse, mais, trois fois par jour, se jetait sur un plat d’asperges que lui apportait un valet.

Alors, souvent, elle allait seule se cacher dans les bois pour pleurer…

Un jour qu’elle se promenait tristement dans une clairière, elle entendit un bruit et, s’approchant, vit le Prince Potiron en larmes.

« Pourquoi pleurez-vous ? » demanda-t-elle

Il lui raconta son histoire, elle lui dit la sienne, ils furent heureux de parler et de se comprendre. Comme ils allaient se quitter, arrivèrent les valets avec leurs plateaux. Le Prince se précipita sur les potirons et la Princesse sur les asperges, ils avaient un peu honte mais ne s’en firent pas reproche.

Ils décidèrent de se revoir.

Ce qu’ils firent de nombreuses fois, apprirent à se connaître, se découvrirent des goûts et des qualités communs, s’apprécièrent.

Un jour, lors de leurs rendez-vous, alors que l’on apportait au Prince sa ration de potirons, la Princesse, qui l’aimait en secret et voulait le sauver par amour, se servit avant lui et dévora les potirons… sans en être incommodée.

Et le Prince, qui l’aimait aussi, voyant arriver le plat d’asperges, l’engloutit… sans être malade.

Ainsi ils prirent l’habitude d’échanger leurs repas et, un peu à la fois, à goûter d’autres plats et à se transformer.

La Princesse devint rose, pris d’agréables formes, et devient une belle jeune femme.
Le Prince maigrit, grandit, perdit la peau orange et devint un beau jeune homme.

Ainsi, ils se marièrent, furent heureux et eurent de beaux enfants… à qui ils apprirent à manger de TOUT.

Un énorme merci à notre Prince Asperge (et oui, chez nous les genres ont été inversés 🙂 pour cette  histoire de l’époque du Moulin…

A vous chers parents, pour vous donner des idées dans la difficile lutte pour l’ingestion des légumes à leurs bambins 🙂

 

16 avril 2017
de Menu by Menu
0 Commentaires

à chacun son PÂTÉ de PÂQUES

Qui aurait imaginé engendrer tant de réactions autour du Pâté de Pâques ? Lorsque je suis filmée cuisinant le Pâté de Pâques à l’occasion de la Semaine du Goût 2016 pour le 13H de Jean-Pierre Pernault sur TF1, je partage « ma » modeste recette pour que Levroux et notre Région soient mises en avant, pour répondre à une demande, et pour rigoler. Pas plus, d’autant que je n’avais pas le droit de parler de Menu by Menu. Le jour de la diffusion, de nombreuses personnes à Levroux et ailleurs dans le Berry ont réagi et raconté « leur » recette. Avec un peu de trémolos et parfois quelques critiques dans la voix ; attention on ne touche pas comme ça aux plats traditionnels, héhéhé !

Profitant de cette occasion, mon amie Caroline et moi, les porte-drapeaux de Levroux-son-Fromage-de-Chèvre-et-son-Pâté-de-Pâques, lancions le projet d’un recueil du Pâté de Pâques dans notre Canton de Levroux. Un recueil qui rappellerait l’histoire du Pâté (et, à travers lui, du Berry), dans lequel on trouverait les recettes de Levroux, du Berry et des autres Régions, avec de jolies photos de chaque Cuisinier et Cuisinière posant avec son oeuvre gastronomique 🙂

Depuis, j’ai de nouveau été sollicitée. Par France 3 qui devrait diffuser lundi prochain, dans Météo à la Carte un nouveau reportage sur « mon » Pâté de Pâques. Pour anticiper les commentaires et pour servir notre idée de recueil, nous avons orienté les discussions filmées pendant le déjeuner sur : LES Pâtés de Pâques, toutes ces différences qui font sa richesse et son intimité avec nous.

 

 
Voici les premières recettes mises en ligne : clic-clic. Je vous invite à aller enregistrer la vôtre sur Menu by Menu, en mettant bien « Pâté de Pâques » dans le titre de votre recette, car le travail sur le recueil a commencé et j’ai la joie et l’honneur de de vous annoncer que je le ferai avec Agathe de Histoire(s) de Charrues et d’Assiettes

« Dans la région du Berry on ne met jamais d’alcool dans le Pâté de Pâques. Du gâchis ». « Je n’ai jamais vu d’échalote dans le Pâté ». « Ma tante ne le fait pas du tout comme ça ». « Moi je mets du foie gras… ». A Argy pendant la Fête du Coing à l’automne, on y trouve bien sûr : du coing. Alors, autant de pâtés que de berrichons  

 

 

 

Dorothée

8 décembre 2016
de Menu by Menu
0 Commentaires

Un truc pour retirer le noyau d’avocat et le calendrier des saisons/origines

Les avocats nous adorons ça et c’est très bénéfique pour la santé, mais il faut retirer le noyau, alors je vous donne un petit truc :

On plante un couteau dans le noyau

img_5096

On tient fermement l’avocat et on tourne le couteau

Et voilà !

img_5107

Un autre truc cette fois pour le choisir, tâter plutôt le haut de l’avocat, vers le pédoncule, si c’est tendre. L’avocat est mûr.

 

Puisqu’on parle des avocats petit récapitulatif de sa saison autour du monde :

avocatproduction

Ne pas oublier que comme nous sommes nombreux sur la planète, dès que l’on s’entiche d’un produit ça a des conséquences sur l’environnement.
La consommation croissante de l’avocat provoque déjà une forte déforestation au Mexique et de plus nécessite beaucoup d’eau.
Voir l’enquête de « Die Zeit » dans « Courrier International » lien ICI.

La Corse commence une production mais elle reste réservée pour la région.

Alors savourons ce fruit délicieux mais pas tous les jours et choisissons-le avec soin.

delphine

Delphine

28 mars 2016
de Menu by Menu
0 Commentaires

Pourquoi un Oeuf ?

Éclosion de la nature, renouveau de la vie, et surtout GOURMANDISE 🙂
 oeufs paques teintés
Le symbole des œufs pour Pâques est très ancien, les Egyptiens et les Perses teignaient déjà des œufs, et les Gaulois avaient choisi le rouge en l’honneur du soleil. 
En France, les Cloches les lâchent en volant et en sonnant, en Allemagne le Lapin Invisible les dissimule, aux USA c’est un Lièvre, en Westphalie un Renard, et en Suisse devinez ! 
Pour ouvrir un atelier de teinture avec les Zenfants, voici de bons conseils : ici et  Et tout plein d’autres idées sur notre Pinterest

20 décembre 2015
de Menu by Menu
0 Commentaires

Les Bûches de Noël 2015

 

Chaque année les pâtissiers et autres fabricants de gourmandises rivalisent d’imagination pour créer des bûches qui nous font rêver. Voici la sélection de mes favorites.

3bucheNoel2015HermesLeNotre

 

Sans doute la plus chic, celle de Le Nôtre en collaboration avec Pascale Mussard, directrice artistique de « petit h ». Un travail incroyable avec des goûts (chocolat, amande, agrumes, poivre, miel) et des textures (mousse, meringue, biscuit, ganache) différentes sans parler de l’aspect visuel qui rend hommage à la maison Hermès.

130 € pour 10 personnes, pour la commander c’est ICI

2bucheNoel2015fouquetscarrousel

 

Le carrousel du Fouquet’s avec ses rennes (ok ce ne sont pas des chevaux) qui tournent dans un manège enchanté rouge et blanc. Les fruits sont à l’honneur avec le coco, le citron vert et la framboise qui se marient avec l’amande et le chocolat blanc. C’est un dessert sans gluten, à défaut d’utiliser des produits de saison.

95 € pour 8 personnes, pour la commander c’est ICI

 

3bucheNoel2015BernardLoiseau

Pour les Bourguignons, Le Relais Bernard Loiseau et son chef pâtissier Pierre-Emmanuel Fritsch se sont inspirés de la forêt du Morvan au cœur de la Bourgogne. Dans la forêt on trouve du chocolat, de l’orange, du caramel, des meringues, des noisettes et de la sève de pin.

65 € pour 6 à 8 personnes, pour la commander c’est ICI

 

3buchenoel2015alameredefamille

 

À la Mère de Famille nous propose un chalet tout enneigé où le renne a visiblement décidé de jouer les pères Noël. Dans ce chalet on trouve de la glace à la vanille, au chocolat, des noix de pécan et de la meringue, le tout sur une base de biscuit shortbread, le sablé anglais par excellence.

47 € pour 6 à 8 personnes, pour la commander c’est ICI

 

3bucheNoel2015picard

Un vrai village tout chocolat, c’est le dessert proposé par Picard pour les fêtes.
Du chocolat noir, du chocolat au lait, un sorbet chocolat, une sauce chocolat-caramel, une meringue chocolat et des copeaux de chocolat. Pour les vrais amateurs de chocolat à n’en pas douter !

15 € pour 8 personnes, pour la commander c’est ICI

 

 

 

Et ma préférée la « Pirouette de Noël » de Christophe Roussel, aux parfums de chocolat, orange et cannelle. On peut la trouver dans les boutiques de La Baule, Guérande, Pornichet et Paris et coûte 48 € pour 6 personnes.
pour la commander c’est ICI

1bucheNoel2015ChristopheRoussel

26 août 2015
de Menu by Menu
0 Commentaires

1 recettes des variations : la ratatouille

LegumesRatatouille

La ratatouille est un des plats qui évoque le plus l’été et qui nous permet de cuisiner les légumes de saisons de manière si savoureuse. C’est une recette très facile à réaliser et qui est prend moins de temps qu’on ne l’imagine.
Mais ce qui est merveilleux avec la ratatouille c’est qu’elle se décline merveilleusement bien et se congèle aussi pour en profiter bien après la saison. Alors on s’assoit tous ensemble autour de la table pour la séance de découpage des légumes !

Voici des exemples de recettes à faire à partir de la ratatouille :

des cakes au fromage de chèvre ou à la feta, en individuel ou en gros cake,

un crumble de l’été ou une tarte en l’étalant sur une pâte feuilletée,

avec des oeufs pochés ou simplement au plat,

en salade froide,

en tartine gratinée ou pourquoi pas en soupe,

à votre tour d’inventer vos déclinaisons.

TatatouilleParesse

6 juillet 2015
de Menu by Menu
0 Commentaires

On teste : les produits Mmm!

Aujourd’hui en faisant les courses mon regard a été attiré par les produits Mmm! marque du groupe Auchan.
J’en ai sélectionné quelques-uns pour essayer des nouvelles recettes avec.
produits-mmm

C’est le tartinable de tomates qui m’a le premier tentée et j’en ai fait le point de départ pour un sandwich, c’est la saison des pic-nic.
J’en ai donc tartiné des tranches de pain de mie grillées, ajouté du filet de dinde, de l’avocat, du parmesan et je l’ai baptisé le Sandwich de l’Avocat du Sud.
Le tartinable de tomates est très facile à tartiner et pas trop salé, ce qui est un vrai plus car ces petits pots sont souvent trop salés. Et le goût de tomate est bien présent.sandwich-mmmAprès, la gourmande que je suis a voulu faire un dessert avec les palets bretons et la confiture de lait. Bien sucré tout ça, alors je l’ai associé avec de la faisselle et une nectarine. Tout ça dans une verrine qui peut rester au frigo tranquillement en attendant d’être dégusté.
Le palet breton est un peu friable, ce qui est parfait pour la verrine car cela permet de garder le croquant.
La confiture de lait est délicieuse, sucrée juste comme il faut, rien à redire.Verrine-mmm

Pour les autres produits que j’ai achetés, j’ai des idées comme un crumble courgettes-sardines, que je vais tester très vite.

A suivre…

 

13 mars 2015
de Menu by Menu
0 Commentaires

1 recette, des variations : le pot-au-feu

pot-au-feu

Le pot-au-feu est vraiment un plat traditionnel. Il évoque tout de suite les cuisiniers d’autrefois, les bons légumes et la viande goûteuse. C’est un plat économique, et très facile à réaliser. Son secret réside dans la qualité des ingrédients et la patience pour le laisser mijoter (ne pas oublier que mijoter signifie : pendant que ça cuit, je peux faire autre chose).
Un autre avantage du pot-au-feu, est la multitude de recettes réalisables à partir des restes. Avec le pot-au-feu, on cuisine un jour, et on obtient des repas pour plusieurs jours !

Voici une liste, non exhaustive, de ses déclinaisons. Si vous avez des restes de :

  • Bouillon : dégraissez-le (en le gardant au frigo, la graisse va se figer sur le dessus et sera ainsi facile à retirer), et vous pourrez le conserver pour l’utiliser dans d’autres recettes, comme le risotto (bien meilleur avec un bouillon maison), ou tout simplement une soupe de pâtes alphabet qui réjouit les petits.
  • Viande : utilisez-la pour le traditionnel miroton, ou dans un hachis parmentier.
  • Légumes : mixez-les pour obtenir une purée ou une soupe (avec le bouillon !).

Le pot-au-feu c’est long, et c’est pour ça que c’est bon.

24 septembre 2014
de Menu by Menu
Un commentaire

L’atelier « bagels »

Pour vous proposer de nouvelles recettes, nous avons organisé un atelier « bagels ». Nous avons invité des amis et préparé une jolie table avec de quoi composer ses sandwichs. Chacun avait pour consigne de faire comme il voulait, mais de bien tout noter pour nous donner la recette et surtout d’attendre que le bagel soit passé devant le photographe pour le dévorer.

TableCoupeFab1 Fab2

Fab3Fab4

Et voilà le résultat 20 nouvelles recettes :

B1B2B3B4B5

B6B7B8B9B10

B11B12B13B14B15

B16B17B18B19B20