Menu by blog

et le quotidien devient un jeu

31 juillet 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Le discours anti-lait

Le discours anti-lait

Et si on commençait par définir le lait…
Le lait est le produit final de la traite d’une femelle laitière bien portante et bien nourrie. On trouve de nombreux types de laits : vache, chèvre, brebis, ânesse, jument, bufflonne … Eh oui, la vache et la chèvre ne sont pas les seules à nous offrir leur lait !
On récapitule : le lait provient de femelles​, donc les laits de soja, riz, amandes, avoine, etc. ne sont pas des « laits » mais plus précisément des « jus végétaux ».

Analysons maintenant les arguments anti-lait :
Aujourd’hui, de nombreux arguments contre la consommation de lait se propagent. Reprenons-les de manière objective :
1. Nos ancêtres du paléolithique ne buvaient pas de lait​ : c’est vrai. Cependant, à titre d’exemple, il en est de même pour les céréales …

2. Le lait n’est pas l’unique source de calcium​ : ce raisonnement est juste. En effet, mis à part le beurre, l’huile et le sucre, tous les aliments sont composés de calcium. Les légumes sont les deuxièmes aliments à en contenir le plus – après les produits laitiers – à raison de trois fois moins environ que le lait. Malgré cela, il est tout à fait possible d’assurer ses besoins en calcium sans lait.

3. Le lait est destiné au veau et non à l’homme​ : cet argument est difficilement réfutable. Il a d’ailleurs suffisamment d’importance pour que certains choisissent (pour des raisons éthiques) de retirer le lait de leur alimentation.

4. Nos enzymes (molécules qui permettent une bonne digestion) ne sont pas adaptées pour digérer le lait​ : cet argument n’est pas établi. Pour digérer correctement le lactose du lait, il est nécessaire d’avoir une enzyme  particulière : la lactase. Or, chez 40% des individus, l’activité de cette enzyme est insuffisante, ce qui explique l’apparition de troubles digestifs.  Afin d’y remédier, il est possible de consommer le lait lorsqu’il est cuit (béchamel) et de favoriser les laitages et fromages (dont la teneur en lactose est quasi nulle).

5. Le lait favorise le diabète et le cancer : ​certes, de nombreuses études ont été réalisées et ont donné lieu à des corrélations positives …. mais, à ce jour, aucune autorité n’a ratifié ces études.
Le lait possède des qualités nutritionnelles particulièrement intéressantes pour tous les âges de la vie (du nourrisson à la personne âgée), mais d’un point de vue éthique et croyances, libre à chacun de penser ce qu’il veut.

30 juillet 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Zoom sur les vitamines

Zoom sur les vitamines

Les vitamines vous savez qu’il en faut, vous savez que c’est bénéfique pour la santé mais savez-vous réellement pourquoi ? Combien de vitamines existe-il ? A quoi servent-elles ? En trouve-t-on autre part que dans les fruits et les légumes ?

Il existe 6 vitamines. Enfin en réalité un peu plus…14: la vitamine A, les 8 vitamines du groupe B, la vitamine C, la vitamine D, la vitamine E, la vitamine K.

 

 

Voici un petit dossier avec les rôles et les sources des différentes vitamines ainsi que les signes prouvant que l’on en mange pas assez.

27 juillet 2018
de Menu by Menu
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : avec les produits de saison en Août

Je vous mets une photo de tomates du potager de ma maman et je ne vous propose pas de recettes avec des tomates. Je me suis dit que pour manger des tomates en été vous n’aviez pas besoin de moi, je me trompe ? (et il n’y a pas d’aubergines dans notre potager 😉 )

Les produits de saison et des idées de recettes qui vont avec :

Du côté des légumes :

  • Ceux qui arrivent :  céleri rave, cresson de fontaine, frisée, maïs, pâtisson 
  • De pleine saison : artichaut, artichaut violet, aubergine, betterave, blette, céleri branche, chou, chou rave, chou rouge, concombre, courgette, cresson de terre, fenouil, fève, haricot blanc, haricot vert, navet, oseille, poivron, pomme de terre ratte, radis, tétragone.
  • Ceux qui partent : petit pois, oignon blanc
  • C’est aussi leur saison car on peut les manger toute l’année en fonction des variétés : brocolis, carottes, champignons, choux-fleurs, épinards, laitues, oignons, poireaux, roquettes.

Du côté des fruits : 

  • Ceux qui arrivent : mûre, pêche, raisin
  • De pleine saison : cassis, figue, fraise, framboise, melon, myrtille, poire, rhubarbe
  • Ceux qui partent : abricot
  • C’est aussi leur saison car on peut les manger toute l’année en fonction des variétés : citron, pomme

La salade de rattes et haricots verts, l’association de ces 2 légumes de saison est parfaite. Et puis les radis et les oignons leurs apportent un peu de piquant-croquant. Une vinaigrette toute simple huile d’olive-vinaigre balsamique avec de la fleur de sel, lui suffit, pas la peine de compliquer les choses. De la salade verte pour renforcer le côté crudité. Vous pouvez l’accompagner d’un steak ou y glisser des œufs durs.
Pour votre organisation vous pouvez cuire les rattes et les haricots verts dès la veille.

 

Un filet de truite avec des légumes au four, les plats que j’adore on pose tout sur une plaque et hop au four !
Personnellement j’aime les légumes « al dente », encore un peu croquant. Alors, je les coupe finement et le temps de la cuisson du poisson me suffit. Si jamais vous aimez les légumes plus fondants, je vous conseille de les cuire un peu et de mettre le poisson 15 minutes avant la fin.

 

La salade mandoline doit son nom au fait que les légumes doivent être émincer très finement, le mieux avec une mandoline ! C’est une salade très fraîche et qui nous permet de savourer des légumes de saison comme les petits pois qui sont sur le départ.
Vous pouvez l’accompagner de blanc de poulet grillé.

 

 Les aubergines Sichuan au porc haché un vrai régal que j’aime partager avec mes ami·e·s !
Je coupe les aubergines en petits cubes pour que les saveurs s’imprègnent bien et que la cuisson soit plus rapide. Je les sers avec du riz blanc tout simple. Pour le piment c’est à vous de voir 😉

 

La crème glacée de pêches la plus simple du monde, des fruits congelés et du lait concentré sucré, un coup de mixeur et c’est fait ! Il faut couper en petits morceaux les fruits pour faciliter l’action du mixeur. Penser à les congeler bien à plat pour qu’ils ne se collent pas. Bien sûr cette recette se décline avec tous les fruits que vous voulez.
Pour votre organisation mettez les fruits à congeler la veille ou plus tôt.

 

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

 

 

26 juillet 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Manger trop sain c’est pas si sain

Manger trop sain c’est pas si sain

 

Manger trop sain c’est pas si sain et ça porte même un nom: l’orthorexie. Du grec orthos = droiture justesse, régularité, et du grec orexis = appétit. Je dirai que c’est une “pseudo-maladie” qui se définit par l’obsession du manger sain. Une personne orthorexique est préoccupée par sa santé mais de manière excessive.

La personne atteinte d’orthorexie ne porte pas forcément son attention sur la quantité de nourriture mais sur sa qualité. En gros c’est pas de fast food, pas de sucre, pas de produits industriels, vérification de la provenance des aliments, alimentation bio….Dit comme ça, ça n’a pas l’air d’une maladie. Peut-être même que vous êtes en train de vous reonnaître. Mais pas de panique ! L’orthorexie ne se résume pas uniquement à cela…L’équipe de scientifiques de Klotter en 2015 a définit 14 symptômes: 

  1. Focalisation importante sur une alimentation saine: le risque est de diminuer les sorties entre amis ou avec la famille si ces derniers ne partagent pas les mêmes envies culinaires.  La vie sociale est impactée et sur le long terme la solitude s’installe…                                                                                                   
  2. Évaluation permanente et très fine de la composition des aliments: aucun aliment n’est choisi pour le plaisir de le manger mais car sa composition est exemplaire.                                       
  3. Peur de tomber malade par la prise de « mauvais » aliments: la personne orthorexique pense qu’elle va tomber malade si elle consomme un aliment considéré comme « non sain » (fruits et légumes non bio, frites, Nutella®…).  Cela devient une source de stress pour le sujet.                                                                                                                                                                                                           
  4. Distinguo rigide entre deux catégories d’aliments : « bon pour la santé » et « mauvais pour la santé »: il considère qu’aucun aliment ne doit être consommé avec modération. Les aliments moins bons pour la santé doivent être totalement retirés de l’alimentation.                                                                                                                    
  5. Absence d’une alimentation dite « équilibrée »: rappelons que manger équilibré c’est manger de tout (car chaque catégorie d’aliment a des propriétés indispensables à la bonne santé).                                                                      
  6. Absence de sentiment de plaisir lors des repas: le perfection de la valeur nutritionnelle d’un repas est plus importante que le plaisir de le déguster.                                                                                                                                     
  7. Autopunition en cas d’écart alimentaire : les punitions se traduisent généralement par des journées de jeûnes ou « détox ».                                                                                                                                                                                                 
  8. Malnutrition ou dénutrition: oui s’il y’a trop d’aliments retirés, l’alimentation ne suffit plus à apporter les nutriments indispensables.                                                                                                                                                           
  9. Préoccupation permanente portant sur la nourriture: c’est le principe d’une obsession, on ne pense qu’à la nourriture (je vous rassure il ne suffit pas d’un seul symptôme pour se qualifier de personne orthorexique).           
  10. Peur de la perte de contrôle de son alimentation : ce point rejoint le précédent. Le sujet en fait sa première préoccupation pour ne jamais faire d’écarts.                                                                                                                                    
  11. Comportement alimentaire propre à la rassurance de la personne sur sa capacité d’autocontrôle ou de contrôle de son entourage : la personne orthorexique veut prouver qu’elle peut se contrôler elle-même.                                                                                                                                                                                  
  12. Présence de rituels pendant la préparation ou la prise des aliments : par exemple boire un verre d’argile tous les matins…                                                                                                                                                                                              
  13. Présence d’un rétrécissement idéologique: la personne est de moins en moins ouverte aux habitudes alimentaires différentes des siennes.                                                                                                                                                
  14. La conviction d’une supériorité morale: un détail pas anodin qui conduit souvent à la perte de contact avec l’entourage.

 

Ce que je retiens:

  • Deux ou trois symptômes ne suffisent pas pour se dire orthorexique.
  • Un végan n’est pas forcément orthorexique, il y a un réel concept d’obsession qui n’est pas autant prononcé chez une personne végan. 
  • Il est vrai que les sportifs sont plus à risque de tomber dans l’orthorexie.  
  • Etre en bonne santé c’est manger de tout en quantité raisonnable mais c’est aussi être bien dans sa tête et savoir se faire plaisir en mangeant. 

 

23 juillet 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Épices, aromates, condiments…quelles différences ?

Épices, aromates, condiments…quelles différences ?

Que nous seraient le curry de veau sans son curry, et le pain d’épice sans sa cannelle ou bien encore le mojito sans sa menthe ? Pas grand-chose en effet…Les épices et aromates sont très précieux puisqu’ils parfument nos repas.

Epices, aromates, condiments : quelles différences ?

  • Les épices sont des produits de substances végétales qui jouent sur la saveur du plat. Ce sont le curry, la cannelle, la muscade….
  • Les aromates sont les substances végétales qui jouent sur le goût et l’odeur du plat. Ce sont le thym, l’estragon, la menthe, le basilic….
  • Les condiments sont des préparations d’origine animale ou végétale qui relève le goût de la
    préparation. Ce sont les cornichons, les câpres, la moutarde….

Et plus précisément…

Voici une affiche détaillant les bienfaits et la composition de ces 3 éléments. Vous pouvez la retrouver en PDF en cliquant ici.

19 juillet 2018
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : partir !

« Partir,  partir, comme les trains sont bleus quand on y pense … », sans être Julien Clerc l’envie de voyage se fait pressante. Alors si ce n’est pas encore le moment du départ pour vous, comme pour moi d’ailleurs, je vous propose de prendre un peu d’avance.
C’est par la cuisine que nous allons voyager avec des recettes venues de loin.

dessin de W.H. Wickham

 

La Louisiane nous propose son jambalaya. C’est un mélange de riz, de viande et de légumes. Comme beaucoup de recettes traditionnelles on peut trouver beaucoup de version différentes. C’est une recette simple et économique. Le riz sauvage peut être remplacé par du riz classique. Et j’aime aussi remplacer le poulet par des grosses crevettes.
Vous pouvez faire ce plat en avance et le congeler sans problème.

En Espagne on découvre le salmorejo, cousin du gaspacho. Celui-ci se fait avec des restes de pain dur. C’est très onctueux et peut facilement faire office de dîner. Avec ces chaleurs estivales ça rafraîchit et nourrit, juste parfait !
Si vous n’avez pas la possibilité de faire cette soupe en avance pour qu’elle refroidisse au frigo, mettez les tomates au frais avant de les mixer.

 

On part en Asie pour déguster un délicieux curry de poisson. Dans la recette, il est proposé avec du riz. Si vous avez déjà dégusté le jambalaya, ça fait peut-être beaucoup de riz. Alors n’hésitez pas à le remplacer par des nouilles chinoises par exemple.
Vous pouvez faire ce plat en avance et le congeler sans problème.

 

C’est au tour du Mexique et de l’Italie de nous inspirer avec un gâteau d’enchiladas bolognaise. Ce n’est pas une recette traditionnelle du tout mais plutôt un moyen rapide de régaler toute la famille.
Si vous en avez la possibilité, faites la sauce bolognaise en grande quantité pour en congeler.

 

Le dessert est un classique anglais, le trifle aux fraises. C’est le genre de dessert que j’adore vous proposer car chacun peut le faire à son niveau. En effet on peut acheter les produits tout fait, en faire une partie ou même tout faire maison.

 

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

 

 

19 juillet 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Il était une fois les enfants et les légumes

Il était une fois les enfants et les légumes

C’est bien connu les enfants et les légumes ne vivent pas toujours en très grande harmonie.

Pourquoi ils n’aiment pas ?

Ce sont des aliments amers et acides qui sont des caractéristiques assez déplaisantes. Surtout que le nourrisson s’est habitué au goût sucré, dès les premiers jours de sa vie, avec le lait maternel. Donc l’introduction du salé dans son alimentation peut s’avérer infructueuse.  

 

Quelle est donc la bonne solution pour leur faire manger des légumes ?

  • Préparer des plats avec des légumes “cachés” mais pas dès le plus jeune âge pour ne pas les habituer à ne pas voir les légumes dans leur assiette
  • Les impliquer dans la confection des repas, cuisiner avec eux les légumes qu’ils apprécient le plus: on prend davantage de plaisir à goûter les plats que l’on a soigneusement préparés
  • Utiliser des épices pour avoir de jolies couleurs dans l’assiette et atténuer la couleur verte souvent la plus repoussée par les enfants
  • Les laisser manger certains plats avec les doigts (bâtonnets de crudité, frites de légumes…)
  • Associer les légumes avec d’autres ingrédients qu’ils affectionnent particulièrement (fromage râpé, panures…)
  • Présenter le plat sous forme de dessin ludique: en forme de bonhomme, de soleil, de maison….
  • L’emmener faire les courses pour qu’il découvre par lui même de nouveaux aliments, pour qu’il apprécie les rayons tout en couleur
  • Faire des compromis: solution la plus couramment utilisée mais cela renforcera probablement son dégoût pour certains légumes
  • Se rassurer et se dire que les goûts changent au fil des années…

 

Des idées de recettes pour faire aimer les légumes aux enfants ?

 

Jours

Déjeuner

Dîner

Lundi

Frites de légumes et de pommes de terre

Steak haché

Soupe froide de courgette et vache qui rit

Tartine de pain complet et crème d’avocat

Mardi

Boulettes de légumes

blanc de poulet au curry

Brochettes de tomates mozzarella

Croustillants de légumes aux knacki

Mercredi

Lasagnes aux légumes

Oeuf à la coque

Cake au légumes

Mâche et vinaigrette

Jeudi

Croque monsieur aux légumes et jambon blanc Quiche sans pâte aux asperges vertes

Bâtonnets de légumes crus à tremper dans sauce au fromage blanc

Vendredi

Tagliatelles de légumes

Pavé de saumon à l’aneth

Purée de pomme de terre

Pizza aux légumes

Salade concombre féta

Samedi

Hamburger de légumes Gazpacho

Soufflé au brocolis

Dimanche

Courgettes farcies au couscous

Gâteau chocolat à la courgette

Bricks de légumes à manger avec les doigts

 

16 juillet 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Les plats palindromes

Les plats palindromes

 

“La mariée ira mal”. Ca c’est le palindrome dans la langue française: on peut lire exactement la même phrase de gauche à droite et de droite à gauche.

Quel est le rapport avec la cuisine ? Et bien on inverse l’ordre des plats pour créer un effet trompe l’oeil. Le plat a l’apparence d’un dessert et le dessert se la joue plat. Rigolo non ?

Ces recettes trompent trois de nos sens: le goût, la vue et l’odorat. L’illusion peut être tellement parfaite que cela peut nous induire en erreur.

Alors voici quelques idée de plats palindromes pour époustoufler la galerie.

Source: http://www.momes.net/Diaporamas/recettes-trompe-l-oeil/Feuillete-au-poisson-et-petit-pois

 

Imaginez vos enfants manger du poisson pané et des petits pois en dessert. Qu’ils seront ravis lorsqu’ils découvriront que c’est en fait un chausson aux pommes et des petites boules de pâte d’amande.

 

 

Source: http://patouillesetmaillesfines.blogspot.com/2013/06/tarte-la-fraise-et-la-pistache.html

Et si on revisitait la tarte aux fraises en version salée ? Il suffit de remplacer la pâte sablée par de la pâte feuilletée, la crème pâtissière par du fromage frais et les fraises par des poivrons. Illusion et délice assuré !

 

Source: http://www.momes.net/Diaporamas/recettes-trompe-l-oeil/Des-frites-et-du-ketchup-en-trompe-l-oeil

 

Envie d’un fast food et envie de sucré ? Voici les frites…..de beignets avec une sauce aux fruits rouges en guise de KetchupⓇ.

 

Source: http://gourmand.viepratique.fr/types-de-plat/plats-types-de-plat/10-delices-surprenants-trompe-loeil-86759.html#item=1

Un petit dernier pour la fin: le marbré salé. Pour le coup, les enfants seront un peu moins

ravis que la première recette puisqu’il s’agit en fait de cake au fromage et à la tapenade.

13 juillet 2018
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : chez les grands-parents

Les grandes vacances sont là et pour nous ça veut dire : « papa, maman, vous pourriez prendre un peu les enfants chez vous cet été ? »
Alors voici de petites idées de repas simples à préparer que les enfants aiment manger. Parce que quoi de plus déprimant qu’un enfant qui dit « j’aime pas » devant le plat qu’on a préparé ?

photo anonyme faisant partie de la très belle exposition « Manger à l’œil » du MUCEM *

Comme les recettes sont faciles, nous allons essayer de prendre le temps d’impliquer les enfants dans les préparations. Ce qui pour moi a toujours été le meilleur moyen pour qu’ils goûtent de bon cœur.

 

Du poulet caprese épinard, je l’ai appelé comme ça car dès qu’il y a des tomates et de la mozzarella, je pense « caprese ». Il y a aussi du pesto que les plus petits pourront aisément tartiner sur les blancs de poulet. Et puis pour les plus grands ils pourront couper en tranches mozzarella et tomates. Pour enlever la queue des épinards, tout le monde s’y met !
Vous pouvez accompagner ce plat par des pâtes pour accentuer le côté Italie.

 

Des palets de thon, là les enfants vont pouvoir écraser les pommes de terre et mélanger avec leurs doigts. L’atelier pâte à modeler mais en plus simple à nettoyer !
Comme il y a des pommes de terre dans les palets, j’aime les accompagner avec des carottes râpées ou une salade de concombre.

 

Avec le gratin courgettes pain, une autre chose que vous allez pouvoir leur transmettre c’est qu’on ne jette pas la nourriture. Avec ce gratin, vous allez leur montrer que des vieux morceaux de pain peuvent devenir un plat excellent !

 

 

Et leur apprendre qu’on peut faire les choses nous-mêmes. C’est important aussi ? La pizza stromboli va les épater avec sa belle tresse.

 

Comme dessert le cookie géant d’Alice à partager. Là aussi plein de choses à mélanger !
Et puis faite le double de pâte pour faire des petits cookies aussi, pour les parents qui reviennent le week-end 😉

 

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

 

*si comme moi, vous n’avez pas l’occasion d’allez à Marseille voir cette exposition, sachez que les éditions de l’Épure en ont fait un très bon livre disponible sur leur site internet ICI

12 juillet 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Le diabète et le sucre en 5 questions

Le diabète et le sucre en 5 questions

  • Le diabète en gros ça fait quoi dans le corps ?

Le diabète est une maladie qui se caractérise par une mauvaise utilisation du glucose par les cellules. Le glucose s’accumule donc dans le sang : c’est l’hyperglycémie. Les glucides que l’on mange (pain, céréales, fruits, légumes…) se transforment en glucose. En temps normal, l’insuline (hormone sécrétée par le pancréas) permet au glucose de pénétrer dans les cellules. Mais :

  • Dans le diabète de type 1 : l’insuline n’est pas sécrétée donc le glucose reste dans le sang
  • Dans le diabète de type 2 : l’insuline agit mal et fatigue le pancréas qui finit par ne plus en produire du tout.

Pour en savoir plus  regardez cette courte vidéo explicative.

 

  • Quels sont les conseils indispensables pour un diabétique ?
    • Le panachage c’est-à-dire mélanger légumes et féculents à tous les repas
    • Toujours avoir un morceau de sucre ou une canette de coca (ni light ni 0%, en prendre la moitié) sur soi en cas d’hypoglycémie
    • Faire de l’activité physique
    • Faire 1 ou 2 collations dans la journée
    • Favoriser les aliments riches en fibres : produits céréaliers complets, fruits et légumes
    • A part en cas d’hypoglycémie, ne jamais consommer de produit avec du sucre ajouté en prise isolée

 

  • Que penser des édulcorants ?

Les édulcorants sont toutes les substances ayant la capacité de donner un goût sucré. Par abus de langage on appelle édulcorants les « faux sucres » qui n’apportent pas de calories.

Les édulcorants sont bien pour les personnes qui doivent perdre du poids, pour garder un aspect de plaisir tout en contrôlant les apports en sucre. Mais ce n’est pas utile pour le reste de la population car plus on mange du sucré, plus on en a envie. De plus, on minimise l’apport calorique et du coup on compense en mangeant plus de quantité.

 

  • Les « nouveaux sucres » sont-ils mieux que le sucre de table ?

Quand on dit « nouveaux sucres » on parle de : sirop d’érable, sirop d’agave, miel, …

Le sirop d’érable : il contient un peu d’eau donc pour une même quantité de sucre il est légèrement moins calorique.

Le sirop d’agave : il contient également de l’eau mais est majoritairement composé de fructose qui est un glucide qui favorise le stockage des graisses, il ne faut donc pas en abuser.

Le miel : il contient de l’eau et également du fructose mais aussi des molécules qui tuent les mauvaises bactéries.

 

  • Une personne atteinte de diabète doit-elle supprimer le sucre à vie ?

Non si le diabète est équilibré et que la personne sait comment adapter son traitement en fonction de la quantité de glucides.

« De toutes les passions, la seule vraiment respectable me paraît être la gourmandise ». Guy de Maupassant, Amoureux et primeurs, 1881. Conclusion : on peut être gourmand même avec le diabète !

 

Vous pouvez maintenant découvrir une semaine de recettes savoureuses, sans sucre ajouté, du petit déjeuner au dîner en cliquant ici. Les proportions sont à adapter en fonction de votre faim.

9 juillet 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Manger finger food

Manger finger food

Au placard les couverts, aujourd’hui on mange avec les doigts ! On bouscule nos coutumes et on se laisse savourer de bons mets qui sauront ravir les petits et les grands.

Le finger food, en français « manger main », a pour concept de se nourrir sans couverts. On picore sans utiliser aucun ustensile.

Le finger food améliore la relation avec la nourriture en se rapprochant de la méthode « manger en pleine conscience » ou manger avec nos 5 sens :

  1. La vue : on observe attentivement l’aliment et en le décrivant dans sa tête on se demande s’il nous donne envie
  2. Le toucher et l’odorat : on sent la texture et l’odeur de la préparation
  3. L’ouïe : on entend le bruit que ça fait lorsqu’on croque dedans
  4. Le goût : enfin on devine le goût de chaque composante de la mignardise pour les déguster

C’est pour qui ?

Pour toute la famille !

  • Les personnes dépendantes qui manquent d’autonomie : généralement celles qui sont atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson. Elles peuvent facilement oublier comment manger avec les couverts donc risquent de se blesser. On leur demande simplement d’amener l’aliment à la bouche avec les doigts. Attention pas de brochettes pour nos doyennes !

 

  • Les personnes ayant peu de temps pour manger : si on est pressé à midi hop on se prépare une « lunch box » de finger food à déguster entre deux rendez-vous. C’est facile à manger et à transporter et en plus ça donne envie.

 

  • Les personnes souhaitant faire attention à leur ligne : euuh pourquoi ? Une assiette de finger food joliment présentée active le concept du prestige. Et le prestige donne envie de manger lentement et de déguster. Et quand on mange lentement, la satiété arrive plus vite, donc on mange un peu moins et on fait davantage attention à ce que l’on mange.

 

  • Pour les plus petits quand, pour une fois, on veut les autoriser à manger avec les doigts. En plus nous ça nous fait moins de vaisselle.

 

  • Pour les adultes qui préparent un super apéro !

Donc le finger food ne laisse personne de côté !

Mais attention manger finger food ce n’est pas manger les chips du rayon apéro ! Non, on veut présenter des amuses bouches raffinés et sains.  Servis chaud ou froid. Et on n’hésite pas à utiliser des sauces pour faire trempette !

Idées de recettes :

6 juillet 2018
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : En sandwichs pour Festiv’Arts

Cette semaine nous préparons des sandwichs pour suivre Festiv’arts sur les routes du Berry !
Festiv’arts est un « festival itinérant de musique, cirque et arts de rue dans la campagne berrichonne » que nous suivons depuis sa création il y a 6 ans. Avec lui nous découvrons dans des lieux magiques, des artistes inspiré·e·s.

 

Un bun’s jambon fromage. Le bun’s est une boule de pizza garnie comme on le souhaite, ici, jambon fromage tout simplement.
Vous pouvez les préparer à l’avance et les faire réchauffer (ou pas) avant de partir en pic-nic. Une glacière garde au froid mais sans pack de glace, elle maintient la température.

 

Un sandwich saumon, avec des concombres et de l’aneth. Celui-ci se mange bien frais.
Si vous n’avez pas de reste de saumon, n’hésitez pas à utiliser du saumon en boite.

 

Un sandwich betterave et chèvre, fromage de chèvre bien sur. Je n’ai pas résisté à vous proposer un sandwich à l’air berrichon 😉 Les noix apportent un croquant qui contraste bien avec le crémeux de l’ensemble et la roquette rééquilibre le sucré des betteraves.
Pour gagner du temps vous pouvez mélanger le fromage avec le miel à l’avance et couper les betteraves. Mais c’est vraiment pour dire, parce que ça ne l’ensemble ne prend pas plus de 10 minutes pour 2 sandwichs.

Un sandwich Kivabien, pas mal le nom, qu’en pensez-vous ? En tout cas il dit bien ce qu’il veut dire, c’est un sandwich qui réunit les ingrédients classiques du genre et qui est très bon.
Vous pouvez cuire les œufs durs et faire griller la poitrine fumée à l’avance. Pour que la poitrine reste croustillante gardez là entre 2 feuilles essuie-tout.

Des muffins rhubarbe et fraises, bien pratique à emmener en pic-nic ces petits gâteaux !
Le truc c’est d’en faire plus et de les congeler. Comme ça vous pouvez en sortir quand vous voulez pour un petit-déjeuner gourmand ou un goûter.

 

Pour équilibrer vos repas avec tous ces sandwichs, pensez aux tomates cerises, carottes en bâtonnets, radis et autre crudités. Et bien sur aux fruits !

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

 

 

5 juillet 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Le cholestérol n’est pas notre ennemi !

Le cholestérol n’est pas notre ennemi !

  • Le cholestérol : à quoi ça sert ?

Le cholestérol est un lipide indispensable pour le bon fonctionnement de notre organisme.

Il constitue la majorité de nos cellules, il synthétise la vitamine D et certaines hormones (hormones sexuelles) et il permet une bonne digestion des lipides. Le cholestérol n’est donc pas à bannir !

  • D’où provient le cholestérol ?
    • Notre corps : c’est lui qui produit la majorité du cholestérol
    • Les abats
    • Le jaune d’œuf
    • Les huiles de poissons gras
    • Les crustacés et fruits de mer
    • Le beurre

 

  • Parle-t-on de « bon » et « mauvais » cholestérol à juste titre ?

Imaginez 2 camions transportant tous les deux les mêmes marchandises mais allant dans le sens inverse. Dans notre corps, on appelle ces camions : les lipoprotéines qui transportent le cholestérol. Le HDL cholestérol est celui qui va des tissus vers le foie, et dans le sens inverse c’est le LDL cholestérol. 

Lorsqu’il y a trop de cholestérol dans l’organisme, le LDL cholestérol en dépose sur la paroi des artères. C’est le début de la plaque d’athérome. On le surnomme le « mauvais cholestérol ». Mais lorsque les taux de cholestérol sont normaux il n’y a aucune raison de craindre le LDL cholestérol.

On considère le HDL cholestérol comme « bon cholestérol » car en retournant au foie, il passe dans les artères potentiellement athéromateuses et récupère une partie du cholestérol.

 

  • L’œuf à bannir en cas d’hypercholestérolémie ?

Des études réalisées ont affirmé que le jaune d’œuf n’augmente pas le taux de cholestérol chez le sujet sain. Effectivement, manger des aliments riches en cholestérol n’augmente pas forcément son taux dans notre corps puisqu’une partie se transforme en LDL et HDL cholestérol. L’œuf est d’autre part une excellente source de protéines et de lipides de très bonne qualité et de vitamines.

Les personnes atteintes d’hypercholestérolémie (trop de cholestérol dans le sang), devraient consommer 2 œufs max par semaine. Autrement, 6 œufs par semaine est la limite.

 

  • Quelles quantités d’aliment valent 100g de cholestérol ?
    • 30g d’abats
    • 13g d’œuf au plat
    • 20mL d’huile de saumon
    • 45g de beurre
    • 100g de crustacés et fruits de mer

 

  • Quelles sont les recommandations nutritionnelles ?

Pour le moment l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES) recommande 300mg de cholestérol par jour et maximum 6 œufs par semaine (pour le sujet sain).

 

Ce que je retiens :

  • Le cholestérol est un élément indispensable pour être en bonne santé.
  • Les œufs ne sont pas interdits même chez la personne atteinte d’hypercholestérolémie.
  • Et maintenant à vos tasses de thé et on clique juste ici pour visionner un reportage répondant aux controverses sur le cholestérol.

2 juillet 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Les allergies alimentaires

Les allergies alimentaires

Rappelons ce qu’est une allergie

L’allergie est une activation anormale  du système immunitaire qui prend des protéines (et uniquement des protéines) alimentaires comme des ennemies.

S’ensuit une réaction inflammatoire qui explique les symptômes : eczéma, urticaire, picotements sur les lèvres, problèmes respiratoires, éternuements, écoulements nasaux, œdèmes, troubles digestifs…

Mais ces symptômes se manifestent lors du 2ème contact avec l’aliment. Le 1er contact, aussi appelé sensibilisation, est lorsque le corps découvre pour la première fois les protéines qu’il n’accepte pas. C’est à ce moment qu’il produit le matériel nécessaire à sa destruction pour les prochains contacts.

Allergie et intolérance : quelles différences ?

Comme on vient de le définir,  l’allergie est un dysfonctionnement du système immunitaire tandis que l’intolérance est une incapacité à digérer un aliment car il manque des molécules indispensables à la digestion : les enzymes. Autrement dit, le système immunitaire n’intervient pas dans l’intolérance.

Que se passe-t-il dans le corps lorsqu’on est allergique ?

Les allergies que l’on connaît  

Les plus courantes sont les allergies :

  • Aux protéines de lait de vache
  • Au gluten
  • Au soja
  • Aux œufs
  • Aux fruits à coque
  • Aux légumineuses
  • A certains fruits et légumes: banane, avocat, châtaigne, kiwi, abricot, cerise, fraise, framboise, noisette, pêche, poire, pomme, prune, céleri, carottes, aneth, fenouil, persil, carvi, anis, coriandre. Non les fruits ne contiennent pas de protéines mais les personnes allergiques au pollen (riche en protéine) sont susceptibles de provoquer une réaction allergique à ces fruits.

Quels sont les aliments incriminés pour chaque allergie ?

Les aliments à éviter sont tous ceux qui sont la cause de l’allergie sans oublier tous leurs produits dérivés !

Donc on est allergique:

  • au gluten mais aussi à la baguette, au couscous, aux panures (de farine de blé), la bière, au boulghour, à la plupart des sauces soja…
  • au soja mais aussi au tofu, à de nombreuses préparations végétariennes
  • aux œufs mais aussi à la mayonnaise, aux soufflés, aux pâtisseries, aux gâteaux, au pain de mie, aux quiches…
  • aux fruits à coque mais aussi aux crèmes dessert pralinées ou au marron, aux boissons végétales à base d’amande ou de châtaigne, au muesli, à la sauce pesto, aux dragées, au nougat….
  • aux légumineuses mais aussi au chili con carne, au houmous, au feijoda….

 

Ce que je retiens

  • Beaucoup de ces aliments interdits ont été modifiés de sort qu’ils ne contiennent plus d’allergènes. 
  • On ne le dira jamais assez : lire les étiquettes sur les produits industriels ! Les allergènes sont obligatoirement inscrits en gras dans la liste des ingrédients. Il est donc plus facile de reconnaître les produits à ne pas consommer.
  • Certains états peuvent favoriser le déclenchement des symptômes : le stress, l’anxiété et l’alcool notamment. Il est donc avantageux de veiller à ne pas favoriser ce genre de situations.