Menu by blog

et le quotidien devient un jeu

31 mai 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Quels nutriments pour les exams ?

Quels nutriments pour les exams

  1. Un nutriment c’est quoi ?

Ce sont les éléments qui composent nos aliments. Ils nourrissent nos cellules au fur et à mesure des repas, ce qui est indispensable pour être en forme du matin au soir surtout pendant les exams. On distingue les macronutriments (protéines, lipides, glucides) des micronutriments (vitamines et minéraux).

  1. Principaux rôles des protéines

Les protéines sont SUPER importantes.

  • Ce sont elles qui vont permettre la bonne circulation des informations dans le cerveau : idéale pour rester limpide durant 4 heures d’épreuves.
  • De plus, les protéines permettent d’apporter le reste des nutriments vers nos cellules afin qu’elles soient en pleine forme elles aussi.

Catégories d’aliments

Aliments riches en protéines

Produits animaux

Viandes, poissons, œufs, lait, laitages (yaourt, fromage blanc, petit suisse), fromages

Produits végétaux

Légumes secs, graines oléagineuses (amandes, noix, noisettes…), algue (spiruline), soja, les céréales en moindre quantité

 

  1. Principaux rôles des lipides

Les lipides on en dit beaucoup de mal…et pourtant ils nous sont primordiaux !

  • Ils apportent de l’énergie que notre corps utilise pour réaliser tous nos mouvements.
  • Tout comme les protéines, ils font partie intégrante de nos cellules.
  • Les vitamines A, D, E et K ne sont pas fonctionnelles sans les lipides.
  • Ils permettent aux protéines de fonctionner correctement.
  • Et ils optimisent les fonctionnalités du cerveau.

Catégories d’aliments

Aliments riches en lipides

Produits animauxBeurre, crème, charcuterie, lait et laitages au lait entier, fromages, viandes, poissons gras et demi-gras

Produits végétaux

Huile,  avocat, noix de coco, olives, graines oléagineuses

 

  1. Principaux rôles des glucides

Qui dit exam dit concentration. Et heureusement pour nous, les glucides existent.

  • Le cerveau, tout comme nous, a besoin de se nourrir. A l’exception que lui, il ne se nourrit que de glucides ! Donc pour rester attentif pendant l’épreuve, il est intéressant de consommer des glucides avant de partir.
  • Une fois dans notre tube digestif, ils passent dans le sang puis dans le cerveau où ils nourrissent les neurones qui nous aident à réfléchir correctement.
  • Les produits contenant des glucides (sauf produits animaux et sucreries) contiennent des fibres qui retardent la faim. Top non ?

Catégories d’aliments

Aliments riches en glucides

Produits animaux

Lait et laitages

Produits végétaux

Pain, céréales (semoule, riz, pâtes…), légumes secs, pommes de terre, fruits, sucreries (bonbons, gâteaux…), légumes

 

  1. Vitamines et minéraux les plus essentiels lors des examens
  • La vitamine D améliore la concentration
  • La vitamine E aide à réduire la fatigue
  • La vitamine B et le magnésium participent à la transmission des informations dans le cerveau

Catégories d’aliments

Aliments les plus riches en :

Vitamine D

Les poissons gras, foie de morue, jaune d’œuf

Vitamine E

Huiles végétales, avocat, noix de coco, olives, germes de céréales

Vitamine B

Céréales complètes, fruits secs, olives, noix de coco, avocat, légumes secs, pomme de terre, volaille, poisson, jaune d’œuf

Magnésium

Fromages à pâte dur, pain complet, légumes secs, fruits secs, légumes (notamment les épinards), fruits (notamment la banane), chocolat, amande

 

Ce qu’il faut retenir: 

  • Avoir un peu faim (pas le ventre qui gargouille non plus) augmente la concentration
  • Je ne saute pas le petit déjeuner avant l’épreuve et j’essaye de le composer des nutriments évoqués. Si je n’ai pas du tout faim, j’emporte une collation avec moi 

28 mai 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Utilisation des tomates

Utilisation des tomates

Les valeurs nutritionnelles de la tomate

La tomate contient en grande majorité de l’eau, ce qui fait d’elle un aliment très peu calorique. Sa composition est négligeable en macronutriments (protéines, glucides, lipides) mais très intéressante en micronutriments :

  • Du calcium: il constitue les os et les dents et permet à nos muscles de se contracter,
  • Du magnésium: il relaxe et régule le transit. C’est aussi un anti-inflammatoire et un antiallergique. Enfin, il permet le fonctionnement des muscles.
  • Du phosphore: il constitue l’os, les dents et des éléments du cerveau. Il conserve aussi le pH du sang (pour les plus scientifiques).
  • Du potassium: il a un rôle dans l’activité cardiaque, il transmet les informations dans le cerveau et limite les crampes.
  • Du bêta carotène et du lycopène: ce sont deux puissants antioxydants.
  • De la vitamine K: elle évite les hémorragies lors de blessures et elle fixe le calcium sur les os et les dents.
  • De la vitamine B9 : elle régénère le sang et permet un bon fonctionnement du système nerveux. Ajoutons qu’elle est indispensable pour la construction du cerveau du fœtus.

 Comment conserver ses tomates ?

  • Déjà en ne les conservant pas au frigo. Pourquoi ? Car, botaniquement, la tomate est un fruit. Donc si on la stocke au frigo elle perdra de sa saveur. Il est ainsi préférable de la conserver à l’air ambiant, à l’abri de la lumière et de la chaleur.
  • Ensuite, il est préférable de ne pas les stocker à proximité de fruits dits « climactériques ». Ce sont des fruits qui produisent un gaz (l’éthylène) qui accélère le processus de maturation des végétaux à proximité.
    • Les fruits climactériques: banane, abricot, avocat, kiwi, poire, pomme, prune, melon, nectarine, figue, mangue, pêche, kaki, goyave
  • En bocal : petites pertes de vitamines et minéraux hydrosolubles, c’est-à-dire qui aiment l’eau. Une grande partie d’entre eux vont donc passer dans l’eau du bocal que l’on ne consomme pas.
  • Surgelées : elle permet une très bonne préservation des qualités nutritionnelles en plus d’un temps de stockage très long.
  • Séchées : généralement on les retrouve baignant dans l’huile, ce qui augmente considérablement l’apport calorique. Mais il est possible de réaliser ses propres tomates séchées en diminuant l’huile. Cependant les valeurs nutritives sont bien préservées.

Quelle tomate pour quelle utilisation ?

Avec plus de 12 000 variétés de tomates dans le monde on se doute bien qu’elles n’ont pas toutes les mêmes caractéristiques. Certaines sont plus fragiles que d’autres d’où leur différences d’utilisation. Les plus fragiles doivent éviter la cuisson.

 

25 mai 2018
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : avec les produits de juin

Les produits de juin, enfin l’été pointe le bout de son nez ! Nous allons pouvoir retrouver les tomates pleines de saveurs, d’ailleurs Anne-Sophie nous en parle dans son article cette semaine. Elle nous dira tout sur leurs utilisation en fonction des variétés et leurs apports nutritionnels.

Les produits de saison et des idées de recettes qui vont avec :

Du côté des légumes :

  • Ceux qui arrivent : betterave, concombre, fenouil, haricot vert, poivrons, tomates
  • De pleine saison : artichaut, artichaut violet, blette, chou rave, chou rouge, courgette, cresson de terre, fêves, navet, oseille, petits pois, oignon blanc, et radis.
  • Ceux qui partent : asperges blanches et vertes
  • C’est aussi leur saison car on peut les manger toute l’année en fonction des variétés : brocolis, carottes, champignons, choux-fleur, épinards, laitues, oignons, poireaux, roquettes.

Du côté des fruits : 

  • Ceux qui arrivent : abricot, cassis, melon, myrtille
  • De pleine saison : cerise, fraise, framboise, rhubarbe
  • Ceux qui partent : pamplemousse
  • C’est aussi leur saison car on peut les manger toute l’année en fonction des variétés : citron, pomme

 

La tarte fine courgettes amandes et mozzarella avec une petite salade de roquette pour un dîner léger. La tarte est toute simple à faire, je l’aime à la sortie du four quand elle est toute croustillante.
On la réalise en à peine 10 minutes (lavage et découpage compris) et 20 minutes dans le four qui laisse le temps de regarder un des excellents documentaires « jardins d’ici et d’ailleurs » sur Arte Replay 😉

 

Poisson et fenouil à l’italienne, gratinés à la mozzarella et au parmesan, un régal pour déguster les fenouils qui arrivent sur nos étals !
Pour votre organisation vous pouvez faire cuire le fenouil à l’avance et faire gratiner au moment du repas.

 

Une salade d’asperges vertes, œufs pochés et crudités, on a peut de temps pour associer les asperges et les tomates quand on respecte les saisons. Alors c’est le moment avec les tomates qui arrivent et les asperges qui vont s’éclipser, profitons-en !
Si les œufs pochés vous font peur (même avec notre super astuce ICI), vous pouvez faire des œufs mollets ou même un œufs sur le plat. Ce que j’aime c’est le mélange du jaune avec les asperges.

 Des blettes aux raisins secs et pignons ce qui donne à ce légume un peu désuet un petit air méditerranéen qui lui va très bien ! J’accompagne ce plat avec du fromage frais de chèvre, vous l’aurez deviné. Mais de la feta ou de l’haloumi grillé lui vont très bien aussi.

 

 

 Mon fontainebleau à la framboise. Je dis « mon fontainebleau » car comme beaucoup de recette du patrimoine chacun à sa version. Ici je mélange à part égale du fromage blanc et de la chantilly et c’est un délice. Le fontainebleau va avec tout mais c’est le début de la saison des framboises alors c’est ce que je choisis !

 

 

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

24 mai 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Les substituts au lait

Les substituts au lait

 

Lait ou jus végétal ?

Le lait est, par définition, une boisson d’origine animale. Ainsi, les boissons appelées « lait de… » (autre que les laits d’animaux) que l’on retrouve dans les supermarchés sont tenues de s’appeler boissons végétales.

 

 

Voilà la liste non exhaustive des boissons végétales qui existent :

  • Boisson végétale à base d’amande
  • Boisson végétale à base de de riz
  • Boisson végétale à base d’avoine
  • Boisson végétale à base de soja
  • Boisson végétale à base de châtaigne
  • Boisson végétale à base de noisette
  • Boisson végétale à base de quinoa
  • Boisson végétale à base de coco
  • Boisson végétale multicéréales

Les boissons végétales remplacent-t-elles le lait ?

Afin de le savoir, appuyons-nous sur les caractéristiques nutritionnelles moyennes des boissons végétales comparées au lait.

  • L’eau

Le lait, comme les jus végétaux, contiennent une grande quantité d’eau qui permet de couvrir nos besoins hydriques journaliers.

  • Les protéines

Les protéines possèdent de nombreux rôles – constitution des cellules de notre corps, lutte contre les micro-organismes pathogènes (qui provoquent des maladies). Cependant, les protéines d’origine végétale sont moins bien absorbées. De ce fait, elles assurent moins bien leurs rôles.

  • Lipides

Les boissons aux amandes et aux noisettes en contiennent largement plus, leur excellente qualité peut nous faire relativiser. En revanche, les autres jus en contiennent peu, comme le lait.

  • Glucides

Les boissons végétales sont très souvent additionnées de saccharose (sucre de table), ce qui augmente l’apport calorique, et d’épaississants (notamment les algues). Le lait possède naturellement un autre type de glucide (le lactose) et aucun additif n’y est ajouté.

  • Calcium

Le plus souvent, du calcium est additionné dans les boissons végétales. Mais ce n’est pas pour autant qu’il remplace le calcium du lait de vache. Pourquoi ? Car le calcium est compliqué….il lui faut du lactose, de la vitamine D, des acides organiques, un type spécifique de protéines (les caséines) et moins de phosphore qu’il n’y a de calcium… Critères que les boissons végétales ne remplissent pas, contrairement au lait.

Et du coup ?

Alors oui les boissons végétales se digèrent mieux que le lait MAIS elles ne remplacent en rien les laits d’un point de vue nutritionnel puisqu’elles n’ont pas les mêmes caractéristiques que le lait. En plus elles ne font partie d’aucune catégorie d’aliments et elles sont onéreuses. Où est l’intérêt ?

Ce qu’il faut retenir: 

  • Je ne donne pas de boissons végétales en remplacement du lait de vache à mon enfant (sans recommandation médicale) pour lui éviter des carences nutritionnelles importantes. Voici le résumé de deux études prouvant les potentielles conséquences de l’éviction du lait de vache chez l’enfant: première étude, deuxième étude.
  • Je garde en tête le tableau suivant en comprenant qu’aucune boisson ne remplace le lait. 

    Lait de vache

    Jus d’amande

    Jus de soja

    Jus de riz

    Jus d’avoine

    Eau (g/100mL)

    90969388

    90

    Protéines (g/100mL)

    3.20.63

    Lipides (g/100mL)

    1.61.421

    1

    Glucides (g/100mL)

    4.81.50.7108

    Calcium (mg/100mL)

    1167125

    1

 

 

21 mai 2018
de Menu by Menu
0 Commentaires

Intérêt des probiotiques et prébiotiques

Les prébiotiques et les probiotiques : différences et intérêts

 

  1. La flore intestinale : partie intégrante de notre organisme 

Aussi appelée microbiote ou microbiome, la flore intestinale représente l’ensemble des bactéries qui habitent notre tube digestif, soit plus de 100 000 milliards de bactéries avec plus de 700 espèces de bactéries différentes. Pas d’inquiétude : ces bactéries nous sont IN-DIS-PEN-SABLES ! En effet, elles constituent notre première ligne de défense immunitaire et contribuent donc à nous protéger des organismes infectieux.

Le microbiote est spécifique à chaque personne. Ainsi, aucun individu ne possède pas la même composition de flore intestinale.

  1. Les probiotiques : les bactéries de notre microbiote

Les probiotiques sont les micro-organismes que l’on ingère via les aliments et qui résident ensuite dans notre flore intestinale. Ils ont pour rôles principaux de nous défendre contre les organismes pathogènes (qui sont susceptibles d’entraîner des maladies) et d’accélérer le transit.

On les retrouve dans: le yaourt (fermentation de lait additionné de bactéries), le kéfir (fermentation de lait ou de jus de fruits), les levures, la choucroute (fermentation du choux avec des bactéries), certains fromages (gouda, mozarella, cheddar),  les cornichons, le tempeh (soja fermenté), le kimchi, le miso, le kombusha, le natto.

 

 

  1. Les prébiotiques : les substrats des probiotiques

Les prébiotiques sont des fibres qui nourrissent les probiotiques, ce qui stimule leur activité.

On les retrouve dans certains aliments tels que : les légumes (ail, artichaut, oignon, topinambour, chicorée, asperge, betterave, brocoli, fenouil, chou de Bruxelles, chou-fleur, champignon), certaines céréales (blé, orge, seigle), certains fruits (banane, pomme, nectarine, pêche blanche, kiwi, poire, mûre, pruneaux), les légumes secs (lentilles, pois chiches, haricots secs), les noix de cajoules substituts de café à base de chicorée (type Ricoré®), le miel, les prébiotiques en compléments (inuline, lactulose, fructo-oligosaccharides, galacto-oligosaccharides). 

  1. Symbiose et dysbiose : équilibrer la balance 

La symbiose correspond à l’équilibre de la flore intestinale. Pour le dire plus simplement, chaque individu a une quantité optimale de telle ou telle bactérie qui lui est propre. Ces proportions singulières nous permettent de bien digérer nos repas, sans ballonnements ou problèmes de transit.

La dysbiose correspond au déséquilibre de cette flore. Ses principaux symptômes sont : des douleurs abdominales, des ballonnements, des diarrhée et/ou constipation.

 Elle peut provenir :

  • D’un changement brutal d’alimentation
  • D’une infection
  • D’un système immunitaire affaibli
  • De la prise d’antibiotiques (antonyme de probiotique). Leur prise doit donc être rare et rectifiée à la fin du traitement car ces derniers éradiquent une bonne partie de nos bonnes bactéries
  • Du stress
  • D’une alimentation trop riche en sucre, en protéines et/ou en gras car ils servent de substrat aux mauvaises bactéries
  • D’une alimentation trop pauvre en fibres
  • D’une mastication trop brève

 

Ce qu’il faut retenir :

  • Je préserve ma symbiose intestinale en consommant suffisamment de fibres (5 fruits/légumes par jour)
  • Je fais attention à ne pas manger trop sucré ni trop gras dans la journée, tout en m’autorisant des petits plaisirs
  • Je prends le temps de bien mastiquer pour digérer plus facilement
  • Pour mieux découvrir ce monde je vous invite à lire le livre : Le charme discret de l’intestin écrit par Giulia Enders avec humour et simplicité. Voici un lien pour se le procurer: ici

18 mai 2018
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : fermenté

Fermenté ? ça ne sonne pas terrible et pourtant ça mérite qu’on s’y intéresse de plus près.
Avant l’invention des techniques modernes de conservation, le frigo, la surgélation ou les conservateurs, nous en mangions régulièrement car les aliments étaient conservés grâce à la fermentation. Mais maintenant ces produits ont disparu de notre alimentation car on a privilégié ce qui va vite et qu’on a oublié leurs bienfaits.

Alors mettons en dans les recettes de la semaine. D’une part, parce que c’est excellent pour notre santé grâce aux probiotiques qu’ils contiennent et qui font la santé de notre flore intestinale. Et d’autres part, parce que c’est délicieux et qu’ils méritent qu’on les redécouvrent !

 

Tempeh teriyaki, on mélange un produit d’Indonésie avec une sauce japonaise et ça se passe très bien ! Le tempeh est un produit connue des végétariens car très riche en protéine (19%). Personnellement je trouve que ça n’a pas beaucoup de goût, un peu comme le tofu. Mais j’imagine que c’est parce que j’ai accès qu’à des produits manufacturés. Du coup en l’associant avec une sauce il devient un très bon support, vous permettant un apport protéiné bon et de qualité.
Le tempeh nous apporte des probiotiques en grande quantité et les oignons des prébiotiques.

 

Poulet aux citrons confits et sa semoule. Le citron confit produit bien connu d’Afrique du Nord est souvent utilisé dans les tajines. Ici, c’est une recette très rapide avec des blancs de poulet, bien pratique à faire les soirs de semaine.
Le citron confit nous apporte les probiotiques et la semoule les prébiotiques.

 

Sandwich coleslaw pastrami, lui nous emmène plutôt vers New York et ses gratte-ciel. Au départ je pensais que le fait de laisser mariné le coleslaw en faisait un plat fermenté, et bien non, je me suis trompée. On peut utiliser du chou et des carottes fermentés pour faire du coleslaw, sinon on ne peut compter que sur la sauce au yaourt pour les probiotiques.
Le yaourt nous apporte des probiotiques, le chou, les raisins secs et la pomme nous apportent des prébiotiques

 

Le Bibimbap est un plat traditionnel coréen très pratique car il n’a pas vraiment de recettes. L’important c’est d’avoir du riz, des légumes, de la viande, un œuf sur le plat et du kimchi. Le kimchi étant du chou fermenté épicé, c’est délicieux !
Nous vous proposons une version mais n’hésitez pas à faire la votre en utilisant ce que vous avez sous la main comme les petits restes de la semaine par exemple.
Le kimchi nous apporte le plain de probiotiques et les champignons shiitaké les prébiotiques.

 

Le lassi de mangue, sorte de milkshake indien mais beaucoup moins sucré. Il s’agit en effet de mixer du yaourt avec de la mangue et rien d’autre.
Le yaourt nous apporte des probiotiques et la mangue des prébiotiques, si on aime on peut ajouter des pistaches qui sont aussi riches en prébiotiques.

 

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

 

 


Anne-Sophie nous explique l’intérêt des probiotiques et des prébiotiques dans son article de lundi.


 

17 mai 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

Déchiffrer une étiquette alimentaire en 3 leçons

Déchiffrer une étiquette alimentaire en 3 leçons

 

  1. Décoder un packaging alimentaire

Vous en avez marre de vous sentir démunis face aux rayons infinis de votre supermarché ? Il y’a tellement de produits que l’on ne sait plus comment les différencier. Voici en  3 images les mentions qui pourront vous aider à choisir votre produit :

      2. Zoom sur les additifs alimentaires

Tout d’abord un additif est utilisé dans 4 buts :

  • Augmenter la conservation de l’aliment
  • Rendre l’aliment plus agréable en bouche
  • Lui conférer un aspect attrayant
  • Préserver ses caractéristiques nutritionnelles

Les conséquences nocives de l’utilisation des additifs sont :

  • La destruction de certaines vitamines par des réactions chimiques entre l’additif et l’aliment
  • La création d’éléments toxiques pour l’organisme
  • La dégradation de notre chère flore intestinale

Néanmoins, les industriels doivent se référer à la « liste positive » dans laquelle sont recensés tous les additifs autorisés et interdits. Sont interdites les substances toxiques ou cancérigènes à trop forte dose. De plus une dose maximale doit être respectée afin que la santé du consommateur ne soit pas en jeu.

Sur l’emballage on les retrouve obligatoirement dans la liste des ingrédients, sous leur nom entier ou leur nom de code. Lorsqu’ils sont codés, tous les additifs commencent par « E » suivis de 3 ou 4 chiffres dont le premier correspond à leur propriété principale. A titre d’exemple:

  • E1xx correspond aux colorants
  • E2xx correspond aux conservateurs
  • E3xx correspond aux antioxydants
  • E4xx correspond aux émulsifiants
  • E5xx correspond aux épaississants et gélifiants
  • E6xx correspond aux stabilisants
  • E9xx correspond aux édulcorants

          3. Le « dont sucre »

Dans le tableau des valeurs nutritionnelles, on retrouve toujours la ligne « dont sucre », en dessous des glucides. Mais que signifie-t-elle réellement ?

Il existe 2 types de glucides : les glucides complexes (l’amidon retrouvé dans les céréales, le pain, les légumineuses) et les glucides simples (le fructose que l’on retrouve dans les fruits et les légumes, le lactose que l’on retrouve dans les produits laitiers et le saccharose qui correspond au sucre de table).

La plupart du temps, le terme « dont sucre » fait référence au sucre de table. Il est donc particulièrement intéressant de checker cette ligne pour tous les produits (et vous verrez que les salades ou encore les soupes des grandes surfaces n’en sont pas toujours exempts). Il est donc dans notre intérêt de vérifier la liste des ingrédients de chaque produit pour ne pas ingérer des sucres qui ne nous apporteraient rien nutritionnellement parlant.

Cependant, pour certains produits, qui ne contiennent pas de saccharose, le « dont sucre » fait référence aux 2 autres types de glucides simples : le fructose ou le lactose.

Ce qu’il faut retenir

  • J’essaye d’éviter les additifs afin d’éviter leurs effets néfastes sur mon corps
  • Je retiens les principaux additifs naturels: curcumine (E100), riboflavine (E101), cochenille (E120), chlorophylles (E140), caramels (E150), caroténoïdes (E160), rouge de betterave (E162), l’acide ascorbique (E200), acide benzoïque (E210), tocophérols (E306), thaumatine (E957), glycyrrhizine (E958)
  • Je privilégie les additifs naturels qui seront mieux acceptés par l’organisme

 

14 mai 2018
de Anne-Sophie Despujols
0 Commentaires

La maladie cœliaque

La maladie cœliaque

Qu’est-ce que c’est ?

La maladie cœliaque est une maladie qui se définie par une malabsorption du gluten : une protéine contenue dans certaines céréales.  Cette malabsorption peut provenir de 3 facteurs :

  • Une prédisposition génétique
  • Une introduction trop précoce (avant 6 mois) des aliments contenant du gluten
  • Une ou plusieurs infection(s) au niveau de l’intestin grêle

Que se passe-t-il dans le corps ?

Lorsque le gluten que l’on ingère arrive dans l’intestin, il se décompose en plusieurs molécules (les gliadines). Ces gliadines ne sont, dans des conditions normales, pas digérées par les cellules de l’intestin. Mais chez la personne atteinte de la maladie cœliaque, ces molécules rentrent dans les cellules intestinales. En interférant avec d’autres éléments appelés les enzymes, les gliadines vont devenir des gliadines « anormales » dont l’organisme voudra se débarrasser via une réaction inflammatoire.

Comment peut-on savoir qu’on est atteint de la maladie cœliaque ?

Les diarrhées et les ballonnements sont deux symptômes principaux. Mais pas de panique ! Ce ne sont pas des facteurs déterminants, ils sont simplement observables à l’œil nu. Pour confirmer la maladie, c’est au médecin d’analyser vos analyses biologiques.

Comment manger avec cette pathologie ? 

Pour bien vivre avec cette maladie il « suffit » d’éliminer les aliments contenant du gluten. C’est-à-dire tous les aliments contenant les céréales suivantes :

  • Le blé : le blé dur précuit et tous les aliments confectionnés à partir de la farine de blé (pain, pain de mie, biscuits salés et sucrés…). Ainsi que les sous-espèces du blé : épeautre, petit épeautre, boulghour, kamut
  • Le seigle : farine de seigle et tous les aliments confectionnés à partir de cette farine
  • L’avoine : flocons d’avoine, farine d’avoine, lait d’avoine, porridge…..
  • L’orge : orge perlée, malt d’orge et tous les dérivés (bière, whisky…)
  • Le triticale : farine de triticale, flocons de triticale et tous les dérivés

On retrouve aussi les céréales précédentes dans des produits insoupçonnés tels que : le sucre glace, yaourts et fromages aux céréales, viandes ou poissons panés, quenelles industrielles, huile de germe de blé, figues séchées dans de la farine, sauce soja… et bien d’autres encore.

 

Ce qu’il faut retenir:  

  • Je vérifie sur chaque produit que la mention « peut contenir des traces de gluten » ou « traces possibles de gluten » n’apparait pas
  • Je check la liste des ingrédients dans laquelle je ne dois pas retrouver en gras une céréale contenant du gluten
  • Je retiens les céréales qui ne contiennent pas de gluten : le riz, le maïs, le quinoa, le sarrasin, le millet, le sorgho, l’amarante et les légumes secs 

11 mai 2018
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : sans gluten

Le 18 mai est la journée mondiale de la maladie cœliaque, pour les personnes allergiques au gluten. Car au delà de l’effet de mode des gluten free, il y a une vraie maladie qu’il faut prendre au sérieux et pour cela faire un vrai diagnostic. Je vous conseille d’aller faire un tour sur le site de l’Association Française Des Intolérants Au Gluten (AFDIAG) ICI, pour en savoir plus.
Les recettes cette semaine seront sans gluten et savoureuses.

Une quiche sarrasin et légumes sans gluten, puisque la farine de blé est remplacée par celle de sarrasin. Du coup la pâte à un petit goût de galette bretonne. Servie avec une salade verte, c’est un repas complet.
Pour votre organisation vous pouvez préparer cette quiche la veille et la faire réchauffer le soir pour le dîner.

 

Un pad thaï de crevettes, avec ses nouilles de riz pas de problème de gluten. C’est un plat thaïlandais qui peut se préparer de différentes façons. Donc vous pouvez improviser sans problème, ajouter des légumes que vous avez sous la main, remplacer la coriandre par du basilic thaï …
C’est un plat qui se fait à la dernière minute mais vous pouvez préparer les ingrédients à l’avance (éplucher et couper les légumes, décortiquer les crevettes si besoin).

 

Une salade épinard, poulet tandoori, une vraie salade complète hyper rapide. Ce que j’aime aussi, c’est le côté chaud-froid, les légumes sont crus et le poulet est chaud. Et puis les galettes de maïs transformées en chips, c’est génial !
Pour votre organisation, vous pouvez préparer les légumes la veille et les garder dans un boite hermétique. La sauce peut aussi être faite à l’avance et le poulet peut mariner dans les épices tandoori dès la veille aussi. Comme ça au moment du dîner vous n’aurez plus qu’à faire revenir le poulet, griller les galettes et assembler les légumes.

Un poisson coco, citron et riz, une recette facile et pleine de saveurs. Le poisson cuit dans le lait de coco et les épices, c’est tout simple.
Pour votre organisation, pensez à décongeler le poisson si besoin, dès le matin au frigo. Vous pouvez préparer le riz la veille et le réchauffer.
Si vous avez du mal à trouver de la coriandre, remplacez-la par une autre herbe comme du basilic.

 

 Un gâteau au chocolat sans gluten et toujours aussi bon ! D’ailleurs ce qui est bon dans le gâteau au chocolat c’est le chocolat, pas la farine 😉
Pour votre organisation, ce gâteau se prépare sans problème la veille.

 

 

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

4 mai 2018
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : du Berry

Le Berry est une région qui n’existe plus mais c’est pourtant notre région. Je ne sais pas s’il y a d’autres exemples en France de régions disparues et avec une identité si forte ?
Il est naturel de vous en faire découvrir ses recettes. C’est une cuisine simple et souvent très nourrissante. J’ai choisi les plats que je trouvais s’adapter le mieux à la saison et à nos modes de vie actuels. Car une poitrine d’agneau à la berrichonne un soir de semaine, je ne suis pas sûre que vous me suiviez (en revanche cuisinez-la pour un dîner entre amis, c’est délicieux).

 

Une tourte de pommes de terre berrichonne, un plat bien roboratif pour prendre des forces en début de semaine. Accompagner par une grosse salade verte, c’est bien assez pour le dîner.
La cuisson est longue, 1 heure, mais sans surveillance donc elle ne vous mobilise pas.
Pour votre organisation vous pouvez préparer cette tourte la veille. N’hésitez pas à la congeler en part pour l’emporter au bureau.

 

Des fonds d’artichaut gratinés au fromage de chèvre. Une entrée très simple qui, accompagnée par une salade, sera parfaite pour un dîner léger.
Si vous utilisez des artichauts entiers, faites attention de les manger rapidement (24h maximum) une fois cuits car ils s’oxydent et deviennent difficiles à digérer.
C’est Catherine de Médicis qui introduit les artichauts en France et elle fût dame de Levroux (tout près d’cheu nous). C’est tout naturellement que l’association artichaut-fromage de chèvre se fait. Ok, c’est un peu tiré par les cheveux mais le résultat est très bon 😉

 

Celui que l’on ne présente plus chez Menu by Menu : le Pâté de Pâques, tellement apprécié qu’il est maintenant appelé le « pâté berrichon » car on le mange toute l’année. Chacun a sa recette, ici c’est celle de Dorothée. À vous de trouver la vôtre ou de l’inventer.
ICI le lien vers les recettes de pâté de Pâques du site.

 

Une salade de lentilles, betterave et fromage de chèvre, 3 des produits emblématiques de notre cuisine berrichonne. Mais cette salade est un peu moins classique qu’il n’y parait. Nous mettons de la menthe et du miel dans la sauce.
Dans la recette il s’agit de lentilles en conserve car nous essayons toujours d’aller au plus vite. Mais avec un peu d’organisation, cuire les lentilles la veille par exemple, vous pouvez utiliser des lentilles sèches.

 

 Un Poirat du Berry, qui est une tourte de poires. Ce qui nous permet de cuisiner les dernières poires de l’année.
Si vous ne faites pas votre pâte brisée vous même, vous pouvez choisir une pâte feuilletée pur beurre du commerce. J’avoue qu’autant je trouve les pâtes feuilletées du commerce de bonne qualité, autant je suis déçue par les pâte brisée. Et puis c’est si simple à faire, on en fait pour 4 tartes et on les congèle 😉

 

 

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI