Menu by blog

et le quotidien devient un jeu

30 octobre 2017
de Menu by Menu
0 Commentaires

Princesse Asperge et Prince Potiron

Il était une fois

Un beau royaume où vivait un Prince.
Ce Prince était gai, gentil, intelligent, courageux.
Il était artiste, musicien, bref il avait toutes les qualités que le rendaient aimable, mais… il avait un gros défaut.

Il était, depuis l’enfance, très difficile à nourrir : il ne voulait manger que des potirons. Pourtant ses parents, le Roi et la Reine, avaient tout essayé pour lui faire aimer autre chose, sans résultat que le rendre malade, le faire vomir… Et avec le temps, il avait fini par ressembler à un Potiron.

Il était très gros, plus large que haut, un ventre énorme, le teint orange avec sur la tête une petite touffe de cheveux verts. Il se savait très laid, savait qu’on l’appelait « Prince Potiron », et en était très malheureux, mais il n’arrivait pas à faire autrement que de dévorer trois fois par jour, un plat de potirons que lui apportait un valet.

Alors, souvent, il allait seul se cacher dans les bois pour pleurer…

Dans le royaume voisin, vivait une jeune Princesse, elle aussi, pleine de qualités, mais avec un gros défaut : elle ne supportait depuis que les asperges, et refusait tout autre chose.

Avec le temps, elle ressemblait à une Asperge, longue et maigre, le teint blafard, avec une petite tête mauve et des cheveux violets. Elle se savait laide, savait qu’on l’appelait « Princesse Asperge », et en était très malheureuse, mais, trois fois par jour, se jetait sur un plat d’asperges que lui apportait un valet.

Alors, souvent, elle allait seule se cacher dans les bois pour pleurer…

Un jour qu’elle se promenait tristement dans une clairière, elle entendit un bruit et, s’approchant, vit le Prince Potiron en larmes.

« Pourquoi pleurez-vous ? » demanda-t-elle

Il lui raconta son histoire, elle lui dit la sienne, ils furent heureux de parler et de se comprendre. Comme ils allaient se quitter, arrivèrent les valets avec leurs plateaux. Le Prince se précipita sur les potirons et la Princesse sur les asperges, ils avaient un peu honte mais ne s’en firent pas reproche.

Ils décidèrent de se revoir.

Ce qu’ils firent de nombreuses fois, apprirent à se connaître, se découvrirent des goûts et des qualités communs, s’apprécièrent.

Un jour, lors de leurs rendez-vous, alors que l’on apportait au Prince sa ration de potirons, la Princesse, qui l’aimait en secret et voulait le sauver par amour, se servit avant lui et dévora les potirons… sans en être incommodée.

Et le Prince, qui l’aimait aussi, voyant arriver le plat d’asperges, l’engloutit… sans être malade.

Ainsi ils prirent l’habitude d’échanger leurs repas et, un peu à la fois, à goûter d’autres plats et à se transformer.

La Princesse devint rose, pris d’agréables formes, et devient une belle jeune femme.
Le Prince maigrit, grandit, perdit la peau orange et devint un beau jeune homme.

Ainsi, ils se marièrent, furent heureux et eurent de beaux enfants… à qui ils apprirent à manger de TOUT.

Un énorme merci à notre Prince Asperge (et oui, chez nous les genres ont été inversés 🙂 pour cette  histoire de l’époque du Moulin…

A vous chers parents, pour vous donner des idées dans la difficile lutte pour l’ingestion des légumes à leurs bambins 🙂

 

27 octobre 2017
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : avec les produits de novembre

Novembre, on a l’impression que le choix se restreint sur nos étals mais il faut faire preuve d’imagination et redécouvrir des variétés oubliées.
D’ailleurs nous vous préparons un article sur les choux avec notre ami Éric Deloulay de la pépinière en ligne « Aromatiques »

C’est le moment de manger les dernièr·e·s betteraves, blettes, céleris branches, frisées, maïs, radis et tétragones. Et d’accueillir les produits de saison et des idées de recettes qui vont avec :

Du côté des légumes : céleris raves, choux, choux de Bruxelles, courges butternut, courges spaghetti, cresson, crosne, fenouils, mâches, navets, radis, panais, potirons, rutabagas, salsifis, sucrines du Berry, et topinambours.
C’est aussi leur saison car on peut les manger  toute l’année en fonction des variétés : brocolis, carottes, choux-fleur, épinards, laitues, oignons, poireaux, roquettes.

Du côté des fruits : châtaignes, clémentine, noix, orange, pamplemousse, poires, pommes

Une tarte tatin d’endives et de fromage de chèvre avec un peu de miel. Une recette originale qui fait oublier le côté acide de l’endive.
Pour votre organisation vous pouvez préparer les endives à l’avance et monter la tarte juste avant de passer à table.

 

Un poisson en croute de noix, une recette très rapide et gourmande. Le poisson reste fondant sous le croustillant du mélange noix et fromage. J’aime l’accompagner avec une fondue de poireaux ou une purée de céleri.
Pour votre organisation vous pouvez préparer le mélange pour la croûte en avance, et si vous utilisez un poisson congelé : le mettre le matin dans le frigo pour qu’il décongèle tranquillement.


La salade de kakis et grenade peut paraître surprenante mais c’est un mélange qui fonctionne à merveille. Dans la recette je conseille des noix de pécan mais toute autre noix peut convenir.
Pour compléter je la sers avec un plateau de fromage.

 

Des rouleaux de choux farcis à la viande hachée de porc, au riz et aux épices. Cette recette convertira les plus réticents aux choux. Pour éviter les odeurs pendant la cuisson penser à mettre une ou deux feuilles de laurier dans l’eau de cuisson.
Vous pouvez préparer ce plat à l’avance et le faire réchauffer doucement au four avant de passer à table (pour les gourmands, vous pouvez le faire gratiner avec un peu de fromage râpé).

 

Un gâteau aux pamplemousses tout simple, parfait pour un dessert ou un goûter.
Le jus du pamplemousse et le sirop vont lui donner un petit goût acidulé vraiment agréable. N’hésitez pas à faire participer les enfants pour cette recette simplissime.

 

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

20 octobre 2017
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : mangeons des légumes avec les enfants

Cette semaine nous pensions être en été et pourtant les vacances de la Toussaint sont déjà là. Alors je me suis dit que c’était le moment de relever le défi de manger des légumes avec les enfants.
Parce que c’est bien connu, c’est par l’exemple qu’on élève un enfant donc s’il vous voit vous régaler avec des légumes il y a de fortes chances qu’il veuille y goûter aussi.
Une autre astuce consiste à faire la cuisine et les courses avec eux, dans un potager c’est encore mieux .
Pour ma part je n’ai pas forcé mes enfants à finir leurs assiettes en revanche ils avaient toujours (ils ont toujours) l’obligation de goûter même une petite bouchée. Je suis persuadée que le goût s’apprend et qu’en goûtant plusieurs fois on finit par aimer, même si c’est très long (très très long).

Une tarte citrouille comté poireau, c’est une tarte très gourmande car le fromage est en cubes et pas râpé donc on sent bien le moelleux. La citrouille apporte un petit goût sucrée et puis elle a un côté féerique entre Cendrillon et Halloween.
Votre enfant peut participer en étalant la pâte dans le moule (ou au rouleau si vous faites une pâte maison), piquer la pâte avec une fourchette, battre les œufs et répartir les cubes de fromages. S’il est assez grand pour couper, il peut tout faire !
Mangée avec une salade verte, c’est un dîner complet.

Une soupe de pois cassés et coing, forcément quand on se prend un coin, on se casse (blague niveau Grande Section ça devrait passer). Cette soupe est l’occasion de goûter 2 ingrédients pas toujours présents dans nos cuisines et pourtant tellement bons. Le pois cassé, je l’adorais déjà à la cantine servi avec du boudin noir, et comme j’étais la seule mes copines me donnaient leurs assiettes pour ne pas se faire punir.
Bref essayez cette association, elle est terrible.
Pour participer les enfants peuvent verser les pois dans la casserole, mixer ou préparer des petits bols de trucs à mettre dedans comme du fromage râpé ou du roquefort, de la crème fraîche épaisse ou des amandes grillées (pour les plus de 5 ans).

De la courge spaghetti au poulet et légumes. Connaissez-vous cette courge ? je crois que je l’ai découverte grâce au potager de ma copine Caroline il y a 3-4 ans. Depuis je l’aime chaque année un peu plus, c’est mon équivalent hivernale de la courgette. Alors je ne l’emploie pas de la même façon, par exemple elle ne convient pas aux soupes ou aux tartes. Mais c’est un légume passe partout, on peu dire que toutes les recettes de pâtes lui vont.
Ce qu’il ne faut pas rater avec les enfants c’est le moment où la courge se transforme en spaghetti. N’oubliez pas de leur faire faire, c’est magique !
Si vous avez un spiralizer (ce petit appareil qui ressemble à un taille crayon et qui transforme les légumes en longs rubans fins), vous pouvez vous en servir avec les carottes pour accentuer le côté spaghetti.

Un gratin de ravioles aux épinards, alors oui je sais des épinards aux enfants. C’est tellement le légume qu’ils détestent dans l’imaginaire collectif mais dans les faits pas tant que ça. Au début vous pouvez mettre moins d’épinard que prévu dans la recette pour que ça soit progressif.
Les enfants peuvent déposer les plaques de ravioles dans le plat,équeuter les épinards et aussi parsemer le fromage râpé.

 

Un pumpkin cake, et oui des légumes jusque dans les desserts !
Ce gâteau est une variation de saison du carrot cake, comme c’est bientôt halloween c’est le moment de le déguster !
Si vous avez des moins de 5 ans avec vous ne mettez pas de noix de pécan ni de graine de courge dedans, les risques de fausses routes sont bien trop dangereux.
Les enfants peuvent vous aider à mélanger : le beurre et le sucre, les œufs, et puis ils vont adorer décorer le gâteau soit avec les graines de courge soit avec des pépites de chocolat.

 

 

Voilà, j’espère vous avoir donné des idées. Transmettre le goût et l’amour de la cuisine aux enfants est une des choses qui nous animent le plus avec Dorothée alors si on peut apporter notre petit caillou c’est avec bonheur.

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

17 octobre 2017
de Menu by Menu
0 Commentaires

sur vos FRIGOS

De Châteauroux à Rabat, en passant par Nantes et le Canton de Vaux, vous aimantez Menu by Menu sur vos frigos. Et nous, nous en sommes fières 🙂 Nous exposons ici tous vos beaux frigos. Envoyez-les nous vite !

chez Charlotte

chez Dominique

chez Adelaïde

chez Kevin

 

13 octobre 2017
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : en domino

illustration de Baked Idea

Le terme de domino en cuisine, c’est Ariane Grumbach qui me l’a fait découvrir et je l’adore. Il vient bien entendu du jeu de domino et veut dire un plat qui se transforme en un autre le lendemain, c’est l’art d’accommoder les restes ! Un art bien utile à bien des points de vues, si on accommode les restes on ne les jette pas et ça c’est bon pour la planète et notre porte monnaie et puis si on cuisine des restes on gagne du temps aussi. Dernier bonus, les courses vont plus vite puisqu’on va utiliser moins d’ingrédients 😉

 

curry butternut poulet

On commence par un curry de poulet et butternut et riz, et on en fait le double (ou plus).  C’est un curry tout maison car nous faisons aussi la pâte et vous verrez c’est très facile.
Une fois le curry cuit vous mettez dans un plat ce qui va pour votre dîner. Puis vous mettez le poulet dans une boite et les légumes dans une autre, pour les prochains repas.

Pour le riz comme on ne s’en resservira pas cette semaine, soit on ne double pas les proportions soit on en profite pour en congeler bien à plat pour plus tard.

 

La salade de choux chinois au poulet va adorer le poulet déjà cuit du curry. Il ne vous reste qu’à préparer le chou chinois qui se mange cru dans cette recette. Pour les croûtons, c’est le moment d’utilisez les restes de pain. Si vous avez envie vous pouvez faire griller les morceaux de poulet mais ce n’est pas nécessaire.

 

Pour la soupe de butternut et carottes vous allez vous servir du reste de curry. Il vous faudra ajouter des carottes pour la recette du lendemain.
Commencer par préparer la recette comme indiqué et juste avant de mixer prélever des carottes et ajouter le butternut.
Pour la sauce curry, c’est comme vous préférez, moi j’aime le goût qu’elle donne à la soupe mais si ce n’est pas votre cas, vous pouvez la congeler pour un autre jour.
Vous pouvez accompagner cette soupe avec une belle tranche de pain de campagne grillée et un morceau de comté. Comté qui vous servira aussi demain dans le cake.

 

Un cake aux lentilles et carottes qui va nous permettre d’utiliser les carottes de la soupe. Ce cake en plus d’être facile à réaliser est très bon et sans gluten.
Je l’aime accompagné d’une grosse salade verte pour un dîner léger.
S’il vous reste du cake vous pourrez le congeler par part pour emporter au bureau par exemple.

 

En un clin d’œil, on finit par une tarte aux noisettes qui permet de faire le « domino » avec le cake d’hier.
C’est une tarte très gourmande qui se suffit à elle même. Mais si vous voulez ajouter une boule de glace à la vanille pour l’accompagner, elle ne dira pas non !

 

 

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

 

 

Ariane Grumbach est diététicienne, elle est l’auteur d’un blog « l’art de manger » et du livre « la gourmandise ne fait pas grossir » aux éditions Carnets Nord

 

 

 

 

 

6 octobre 2017
de Delphine
0 Commentaires

4 idées pour le dîner : c’est veggie !

Cette semaine c’est la semaine du goût et le 1er octobre c’était la journée mondiale des végétariens alors je vais associer les 2 et vous proposer de découvrir des recettes avec des protéines végétales.

Pour le vocabulaire sachez que les végétariens ne mangent pas de chair animale donc ni viande, ni poisson, ni fruits de mer. Après il y a des variations, ceux qui ne mangent pas d’œuf, ceux qui ne mangent pas de produits laitiers, …
Et enfin les vegan qui ne consomment rien issu de « l’exploitation de l’animal » que ça le tue ou pas. Donc ils ne mangent pas de miel, ne porte pas de pull en laine, ni de chaussure en cuir.

J’ai essayé de proposer des recettes avec des ingrédients connus. L’idée est de vous faire découvrir une autre façon de manger pas de vous faire acheter plein de produits dont vous ne vous resservirez peut-être pas.

Un grand plat de riz veggie, ce n’est pas un plat « one pot » (car je ne suis pas fana, c’est un peu trop gloubiboulga à mon goût), on cuit le riz d’abord et on mélange le tout ensuite. La sauce citron-miel apporte une touche sucré-salé que j’aime beaucoup.
Ici il n’y a pas de légumes frais mais rien ne vous empêche d’en ajouter en fonction de vos goûts et de la saison, des poivrons en été, des potimarron en hiver …
Pour votre organisation vous pouvez faire cuire le riz la veille, comme ça vous gagnerez beaucoup de temps le soir même.

Du quinoa aux champignons et fromage, un vrai plat doudou comme on aime quand il commence à faire froid. Le quinoa est une céréale qui n’en est pas une, puisque c’est une herbacée. Quoiqu’il en soit elle nous apporte plein de bonnes choses, comme des protéines (15 %) et est très facile à cuisiner.
Si vous préparez ce plat à l’avance, n’ajoutez les champignons qu’au moment de servir comme ça ils gardent leur croquant.

Des boulettes lentilles sauce coco, dans la recette c’est servi avec du quinoa. Comme je vous en ai déjà proposé dans ce planning, à moins d’être vraiment fan, vous pouvez le remplacer par du blé.
C’est une recette très facile et les boulettes se préparent sans problème. Il y a du tofu dedans, mais pas de panique il est mixé donc pour les réfractaires à sa consistance, ils ne sentiront rien. La sauce est délicieuse, j’en fais toujours plus car il y a des gourmands à la maison.
Vous pouvez préparer à l’avance et réchauffer au micro-ondes.


Un couscous de légumes, un vrai festin et bien plus léger que le traditionnel ! Alain Passard le propose avec des merguez végétales et j’avoue que pour le moment je ne me suis pas lancée. Mais même sans, c’est très bon et on n’a pas le sentiment qu’il manque quelque chose.
Vous pouvez préparer ce plat à l’avance voir la veille car tout se réchauffe bien. Comme d’habitude n’ajoutez les amandes grillées et les fines herbes qu’au moment de servir.

Un brownie choco banane vegan et sans gluten et oui rien que ça ! Alors que reste t-il ? Et bien plein de choses et franchement c’est très gourmand.
Les bananes aident à se passer des œufs et l’huile de coco remplace le beurre.
Se passer des animaux dans notre alimentation ne veux pas dire devenir ascète mais au contraire découvrir tout un nouveau monde de saveurs !

 

Pour utiliser le planning et ajuster le nombre de mangeurs, cliquez  ICI

 

illustration de Randy Otter